Guinée-Bissau : Plusieurs partisans du président Vaz marchent sur le siège de la CEDEAO

1100 0

Guinée Bissau – Des milliers de personnes proches du Président Vaz ont battu le pavé, ce dimanche 18 février 2018 allant de la périphérie de Bissau, la capitale, à la devanture du siège de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest, CEDEAO. Un parcours long de quatre kilomètres. « CEDEAO dehors », scandaient-ils. Les raisons.

Dans un communiqué publié le 1er février 2018, la CEDEAO a annoncé des sanctions ciblant 14 députés et 5 proches du Président Vaz dont son fils Emerson Vaz, accusés de bloquer l’accord de sortie de crise en Guinée-Bissau. Ces sanctions prévoient une interdiction de voyager dans l’espace régional et le gel de leurs comptes bancaires.

« Nous n’accepterons jamais qu’une force occulte, envahissante et injuste vienne dicter sa loi dans notre pays », a déclaré Braima Camara, un député frondeur du PAIGC visé par les sanctions à l’AFP.

Afin de prévenir toute éventualité de casses, un impressionnant dispositif de sécurité avait été déployé le long du parcours des manifestants. Il était également facile d’apercevoir des soldats de la CEDEAO postés sur le toit et les environs du siège de l’organisation.

La Guinée-Bissau est confrontée à une crise déclenchée en août 2015 à la suite de la destitution de Domingos Simoes Pereira de son poste de Premier ministre par le président Vaz. Une bataille s’engage donc entre ces deux membres du PAIGC, présidé par l’ex-Premier Ministre.

Un accord est trouvé en octobre 2016, sous l’égide du président guinéen Alpha Condé dans le cadre d’une médiation de la CEDEAO mais son application coince.

Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a nommé fin janvier un nouveau Premier ministre, Augusto Antonio Artur Da Silva, afin de former un gouvernement chargé d’organiser les élections législatives censées se tenir au cours de cette année 2018.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                    Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre