Des examens spéciaux prévus pour des élèves du Nord et du Sahel

1551 0

Le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation, le Pr Stanislas Ouaro a fait le point des préparatifs des examens qu’organise son département, le lundi 11 juin 2018. Et à l’en croire, « les préparatifs se déroulent de manière satisfaisante sur le plan technique ».

Principalement, l’organisation de quatre examens incombe au ministère de l’éducation nationale. Il s’agit du Certificat d’étude primaire (CEP), du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), des Certificats d’aptitude professionnelle (CAP) et des Brevets d’études professionnelles (BEP). Le CEP débute le 19 juin 2018. Au total, 388.897 candidats dont 305 en situation d’handicap sont inscrits. Ils sont répartis dans 594 jurys et 1.843 centres.

Lire 👉 Écoles mal construites : Le langage de vérité de Stanislas Ouaro

Pour le BEPC, le CAP et le BEP, ces examens débutent le 18 juin 2018. 315.235 candidats sont en lice pour décrocher le BEPC et sont répartis dans 712 jurys et 1.375 centres de composition. Pour la filière technique, id est le BEP et le CAP, 43 spécialités sont concernées. Le nombre de candidats est de 11.420. Ils sont répartis dans 69 centres de composition et 63 jurys. Le budget total pour l’administration des examens est de 14.148.835.119 F CFA.  

Dans le Nord et dans le Sahel, plusieurs écoles avaient été abandonnées du fait de l’insécurité. Mais certains élèves dont les écoles n’ont pas été touchées participeront aux examens qui débuteront en mi-juin 2018. Par contre, pour ceux qui ne pourront pas y pendre part, le ministre de l’éducation a annoncé la tenue d’examens spéciaux. A cet effet, « nous avons déployé une stratégie à la fois pédagogique et sécuritaire », indique le ministre Ouaro qui précise que pour des raisons sécuritaires, il n’en dira pas plus.

Lire 👉 Burkina : L’enseignant Souabou Issouf libéré 

En ces périodes de bras de fer au sein du ministère de l’économie, des finances et du développement, le ministre Ouaro a rassuré que des dispositions sont prises pour que les questions financières ne troublent point l’administration des différents examens.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article du même genre