Règlement général de la protection des données : « Se préparer pour éviter des surprises »

300 0

Le séminaire international sur la formation des cadres des autorités de protection des données personnelles, ouvert le 10 juillet 2018, a pris fin ce 11 juillet 2018. Plusieurs recommandations ont été dégagées.

Avec l’entrée en vigueur, le 25 mai 2018, du règlement général européen sur la protection des données, la Commission de l’Informatique et des Libertés a organisé un séminaire pour renforcer ses capacités face à ce règlement.

Des conclusions sont tombées à la cérémonie de clôture du séminaire qui a eu lieu ce mercredi 11 juillet 2018. Et l’une d’elles est que «à l’image de l’Europe, nous, autorités africaines, avons décidé de travailler à élaborer un cadre juridique adapté à notre environnement », a souligné la présidente de  la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), Marguerite Ouédraogo/Bonané.

A en croire Marguerite Ouédraogo/Bonané, les contenus de ce séminaire étaient « riches». « Le nouveau règlement général sur la protection de données personnelles » vient renforcer les droits des personnes en matière de traitement de leurs données. 

Venus de sept pays, les participants ont salué l’initiative de la CIL et ont préconisé une plus large concertation.   Une des participantes, l’Ivoirienne Marie Grace Nda/Konan, chef de service des activités régaliennes et des collectivités territoriales au niveau de la direction de la protection des données à caractère personnel de la RTCI, a parlé d’une « riche » expérience en matière de protection des données dans le cadre des échanges entre les autorités.

« Il était impératif pour les autorités africaines de se retrouver pour débattre des sujets d’importance notoire tels que le règlement général en matière de protection européenne des données qui est rentré en vigueur depuis mai 2018. Il était important de mettre en place un cadre d’études et d’échanges pour voir comment faire porter la voix de l’Afrique francophone par rapport à ce nouveau règlement », commente Marie Grace Nda/Konan.

Pour le participant burkinabè, Marc Nakannabo, directeur à la direction des systèmes d’information de la SOFITEX, cette formation est la bienvenue. « Nous manipulons pas mal de données liées aux informations personnelles des employés. Nous transformons notre entreprise à la rendre de plus en plus digitale, ce qui nous amène à mettre en place beaucoup de technologies, la géolocalisation, la messagerie.

Avec la formation reçue, on s’est rendu compte de l’importance de la protection de ces données. Ça nous a permis de voir à quel point nous devons mettre en place certaines mesures pour rassurer le personnel que les informations sont bien sécurisées et protégées. Surtout avec le règlement général de la protection des données au niveau européen qui a forcément un impact sur nos entreprises. Il  faut dès maintenant se préparer pour éviter des surprises », explique-t-il.

Ce séminaire a été marqué par la remise d’attestations aux participants.

Irmine KINDA

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

Burkina: La chasse est ouverte

Posted by - 29 janvier 2016 0
C’est officiellement parti pour la saison d’exploitation faunique 2015-2016 au Burkina. La cérémonie d’ouverture de la chasse a eu lieu…