Incivisme : Le CITO en parle à travers une création théâtrale

791 0

Le Carrefour International du Théâtre de Ouagadougou (CITO) donne sa part de contribution pour éradiquer l’incivisme du Burkina en général et du milieu scolaire en particulier. Pour marquer cet engagement, le CITO a mis sur scène une pièce de théâtre intitulé « Incivisme ». Cette pièce a été écrite sur la base d’un rapport fourni par l’Action sociale. L’avant-première de cette création théâtrale est intervenue ce Samedi 20 Octobre au siège même du CITO.

Après plus de deux ans de travaux, le CITO a finalement dévoilé sa 44ieme création majeure. Intitulée « Incivisme », cette pièce de théâtre fait ressortir les maux qui minent le « Bayiri » et surtout le monde estudiantin et scolaire. Le texte de cette création est né d’un rapport d’enquête de l’action sociale faite sur des jeunes universitaires et scolaires mais aussi du secteur informel.

Pour Sophie Heidi Kam, auteure du texte de cette pièce, c’est un sentiment de joie qui l’anime de voir son texte transformer en une « grande création ». Pour celle qui a été huit fois lauréate du grand prix de littérature à la semaine nationale de la culture, revendiquer la paternité de ce texte n’est pas possible : « C’est une grande émotion pour moi de découvrir ce chef d’œuvre. Ce que vous avez vu est la résultante de plusieurs inspirations. C’est donc une œuvre collective et je ne peux en être l’unique auteure ».

Pour Ildevert Meda, metteur en scène, il n’y a aucun message pour le publique : « Nous n’avons aucun message pour le public. Nous ne sommes pas des didactiques. C’est la littérature et non des mathématiques. Chacun choisi de retenir ce qu’il veut de la pièce. » Par ailleur, il a reconnu le niveau élevé des comédiens qui ont joué dans cette création.

Au total, plus de 19 comédiens de trois nationalités différentes ont jouer dans cette pièce. Dans les jours à venir, le CITO va présenter la pièce jusqu’au 03 Novembre 2018 avant d’entreprendre une mini tournée qui va s’étendre jusqu’au 14 Novembre et atteindre les deux grandes villes à savoir Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.

Basile SAMA (stagiaire)
Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre