Burkina Faso : Le Pr Alkassoum Maïga salue la marche silencieuse de la CNSE

La marche-meeting de la coordination nationale des syndicats de l’éducation nationale (CNSE), de ce mardi 5 octobre 2021, en marge de la célébration de la journée mondiale de l’enseignant, s’est transformée en une marche silencieuse. Ce, en solidarité avec les Forces de défense et de sécurité suite à l’attaque contre le détachement militaire de Yirgou qui a fait 14 morts le lundi 4 octobre 2021 au petit matin. 

La suite après cette publicité

En solidarité avec les Forces de défense de sécurité, la marche-meeting de la coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) s’est finalement transformée en une marche silencieuse. Mais les manifestants ont pu déposé un mémorandum contenant leurs revendications au ministère en charge de l’éducation nationale.

Le mémo a été réceptionné par le ministre en charge de l’enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga suite à l’absence de son collègue de l’éducation nationale qui est en mission.

Le Pr Alkassoum Maïga a salué cette solidarité de la coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) qui a bien voulu transformer sa marche-meeting en une marche silencieuse suite aux événements tragiques survenus à Yirgou contre les FDS agissant dans la localité.

« Je voudrais saluer la décision que vous avez prise de faire une marche silencieuse. Ce qui est le signe qu’évidemment, il peut avoir des divergences, ce ne sont pas  des contradictions fondamentales. Mais lorsque l’intérêt de la nation est en jeu, je sais que nous sommes tous capables d’avoir le sens de la responsabilité et de nous comporter de la façon dont il sied de se comporter », a laissé entendre le Pr Alkassoum Maïga.

Et de poursuivre : « Nous avons été ébranlé hier, parce que ceux qui veillent nuit et jour à notre sécurité ont été  profondément touchés. Parce qu’il y a eu des morts d’hommes, parce qu’il y a eu des FDS qui sont tombées, et vous avez donc décidé de réajuster votre marche pour tenir compte du fait que nous sommes tous en deuil ».

Le ministre de l’enseignement supérieur a aussi signifié que le gouvernement est conscient que le Burkina Faso ne peut pas se développer sans l’éducation, sans la recherche et l’innovation.

« Mais nous devons également tenir des possibilités qui sont celles de notre pays pour continuer à faire des efforts. Parce que améliorer vos conditions à vous (ndlr enseignants), c’est améliorer l’avenir et le devenir de ce pays. Parce qu’il n’y a pas de cadres au développement de ce pays qui ne passent pas entre les mains d’un enseignant, un instituteur, un professeur de lycée ou de collège ou un professeur d’université. Vous êtes, ceux-là qui façonnez le capital humain dont notre pays a besoin pour son développement », a-t-il ajouté.

Du côté des enseignants, leur mémo se centralise sur quatre points. Il s’agit notamment de la mise en œuvre diligente et conséquente des engagements pris à travers les protocoles d’accord signés avec les organisations syndicales des travailleurs de l’éducation et de la recherche, l’abandon de la voie de répression pour celle d’un dialogue franc en vue de la résolution des problèmes du secteur, la réouverture de l’ensemble des écoles fermées. Et enfin, la prise de mesures pour assurer la sécurité dans l’ensemble des localités du pays afin de permettre le fonctionnement de toutes les écoles.

Dans leur mémo, les enseignants sont revenus sur la fermeture du lycée Philippe Zinda Kaboré de Ouagadougou et du lycée Bissiga dans le  Centre-Est. Pour eux, ces fermetures sont « incompréhensibles et inacceptables du fait de leurs conséquences innombrables pour les apprenants, leurs parents, les personnels et le système éducatif dans son ensemble. La CNSE récuse cette démarche du gouvernement dans un contexte où l’insécurité, la mauvaise gouvernance entraînant l’effondrement de plus de 100 infrastructures scolaires et universitaires fragilisent déjà l’offre éducative dans notre pays ».

Cette journée, faut-il le rappeler, est célébrée sous le thème « Les enseignants au cœur de la relance de l’éducation ».

Willy SAGBE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page