Procès Sankara : Confrontation de témoignages entre Diendéré et « Le Lion »

L’audition du témoin Boukary Kaboré dit Le Lion s’est poursuivie ce mercredi 17 octobre 2021, au tribunal militaire délocalisé à Ouaga 2000.

La suite après cette publicité

Avec les avocats des parties civiles, il était surtout question des précisions sur certains révélations que le témoin a eu à faire lors de son récit. Entre autres le Lion a fait savoir que c’est le Sergent Zoma, le chef du détachement Ziou qui aurait donné des informations sur la position de Vincent Sigué abattu à la frontière du Ghana suite aux événements du 15 octobre 1987.

Un certain Bancé Seydou aurait été également abattu à Kamboinsé après le 15 octobre. Il a cité Alain Bonkia et Somé Gaspard comme les exécutants de ces crimes. Aussi, Boukary Kaboré est revenu sur l’attaque de Koudougou.

Selon son témoignage, la BIA dont il avait la commande n’a pas opposé une résistance suite à l’assassinat de Thomas Sankara. « Je revenais de Poa quand je trouvais des éléments mobilisés prêts à monter sur Ouagadougou. J’ai dit on doit se renseigner d’abord. Et quand je me suis renseigné, on m’a dit que Thomas était mort, j’ai donné l’ordre à mes éléments de déposer les armes car ça ne sert pas de s’entretuer encore du moment où le président est mort.

« Je pense que l’information qui a été donnée au Lion n’est pas exacte »

Quand un journaliste m’a posé la question que et s’il arrivait qu’on venait jusqu’à Koudougou pour m’attaquer, c’est là j’ai dit je vais me battre jusqu’à mes dernières cartouches et c’est cette partie ils ont pris pour médiatiser », a-t-il laissé entendre.

Il a également fait savoir que 11 personnes dont 10 militaires et 1 civile ont trouvé la mort suite aux événements. Insistant sur la fidélité de sa mémoire, Le Lion a cité le nom des 11 victimes avec précision. A la suite, le général Gilbert Diendéré a été rappelé à la barre pour une confrontation avec le témoin.

Le Lion avait fait cas d’une note d’information remise au Général Diendéré lors d’une réunion dans la matinée du 15 octobre 1987 qui stipule que Thomas Sankara préparerait un coup pour 20h. A l’écouter, il a reçu l’information de Henry Zongo que cette note a été mise à haute voix lors de la rencontre par Gilbert Diendéré.

A la barre, le général nie cette version des faits. « Je pense que l’information qui a été donnée au Lion n’est pas exacte. Je n’ai pas reçu de document. Je n’ai rien reçu comme papier qui dit qu’il y aurait quelque chose à 20h », a-t-il dit.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page