Burkina : « La gestion foncière n’est pas seulement la préoccupation du gouvernement »

La première édition des Journées Nationales d’actions sur le Foncier (JNAF) a refermé ses  portes ce mardi 30 novembre 2021, à Ouagadougou. Tenues en 2 jours, ces journées placées sous le thème « gouvernance foncière locale et problématique de la sécurisation du foncier agricole et pastoral au Burkina Faso : Enjeux, défis et perspectives » se sont soldées par des propositions.

La suite après cette publicité

Le lundi 29 novembre 2021, a débuté la première édition des Journées Nationales d’actions sur le Foncier (JNAF). Ce cadre de 2 jours d’échanges, d’environ 200 participants œuvrant dans le domaine du Foncier, a pris fin ce mardi 30 novembre 2021, laissant place à l’opérationnalisation des propositions et suggestions récoltées.

Selon le président de « Land For Life » la  plate-forme multi acteurs sur le Foncier, organisatrice des journées, Boureima Diallo, durant ces 48h, les échanges ont porté sur plusieurs questions. Il s’est agi notamment de la question, de la sécurisation foncière, de la gouvernance foncière, des conflits liés à la gestion des terres et de la collaboration entre les sociétés minières impliquées dans cette gestion.

Selon ses propos, à l’issue de ces échanges, des suggestions entre autres, l’engagement du gouvernement, en matière lutte contre la corruption foncière, en matière de la disponibilité des structures pour la gestion foncière, à assurer la protection des espaces et infrastructures pastorales, à assurer l’accompagnement et le suivi des structures locales de gestion foncière, à favoriser l’accès  des femmes à la terre, ont été recueillis et seront soumis aux différents secteurs concernés.

« Ces différents échanges ont permis de recueillir des propositions francs pour le bonheur de la gestion foncière au Burkina. Ces fruits nous seront bénéfiques pour les années à venir et cela pour nous servir de carburant pour la gestion foncière au Burkina Faso. Il faut le dire la gestion foncière n’est pas seulement la préoccupation du gouvernement mais de nous tous réunis. Tous, nous devons  apporter notre contribution », a insisté Issoufou Ganou, président du comité d’organisation des JNAF.

Dans la même lancée, il a assuré que ces propositions seront utilisées à bon escient au regard de la variété des membres qui composent la plateforme. « Nous avons la chance d’avoir les membres du ministère en notre sein, donc c’est un moment de sensibilisation entre nous d’abord. Après cela, Ils vont s’occuper de faire parvenir le message chacun dans son ministère. Également dans les instances de décisions auxquelles nous participons souvent, nous aurons aussi la possibilité de mettre ces suggestions sur la table », a-t-il ajouté.

Président de la plate-forme Land For Life, Boureima Diallo 

En rappel ces journées ont été organisées par la plateforme multi acteurs «  Land For Life » composée des acteurs du ministère en charge de la Femme, de groupe de recherche sur le Foncier, des acteurs du ministère en charge des ressources halieutique, des acteurs de la justice et plusieurs autres ministères intervenants dans le foncier mais également des acteurs de l’INERA.

Abdoul Gani BARRY

Burkina24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page