Covid-19 : Le Burkina Faso enregistre en moyenne 41 nouveaux cas par jour 

Le ministre en charge de la santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, accompagné de son homologue en charge des transports, Vincent Dabilgou, a animé un point de presse relatifs à la situation actuelle de la pandémie  de COVID-19, l’état des lieux de la Vaccination et le Dispositif sanitaire mis en place en accompagnement de la réouverture des frontières terrestres et ferroviaires, ce jeudi 2 décembre 2021.  

La suite après cette publicité

Au lendemain de la réouverture des frontières terrestres et ferroviaires, le gouvernement à travers le ministère en charge de la santé et celui des transports a tenu à faire un point sur la pandémie de Covid-19 qui a conduit à cette fermeture.

D’après les rapports, au cours de ces dernières semaines, le Burkina Faso a enregistré une recrudescence du nombre des cas soit en  moyenne 41 nouveaux cas par jour. Selon le ministre en charge de la santé, cette situation est due aux différents «  fakes news » développés autour de la Vaccination au Burkina Faso.

«  Nous enregistrons à nos jours seulement 4% de la cible qui est vaccinée. Il faut que les gens adoptent le vaccin. Une campagne de vaccination est prévue du 15 au 23 décembre 2021  et concernera essentiellement quatre (04) régions à savoir le Centre, le Centre-Ouest, les Hauts-Bassins, et le Sud-Ouest», a déclaré le Pr Charlemagne.

« …Nous n’avons pas envisagé de refermer les frontières »

Au titre des variants, selon le ministre, le pays  a identifié trois types sur le territoire, à savoir   06 Alpha, 26 Eta et 21 Delta. Concernant le nouveau variant dénommé B.1.1.529 et baptisé « Omicron » par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le gouvernement a tenu à assurer que des dispositifs nécessaires sont prises pour éviter son introduction ou son éventuelle propagation.

« Avec l’avènement du nouveau variant, nous avons soumis la question aux conseils des ministres. Ici pour le moment, nous n’avons pas envisagé de refermer les frontières. Nous allons engager une surveillance épidémiologie et rendre compte au fur et à mesure. S’il y a des nouvelles décisions à prendre, nous allons vous tenir informés », a-t-il annoncé.

Ce point intervient au lendemain de la réouverture des frontières terrestres et ferroviaires.  A ce titre, plusieurs mesures ont été prescrites pour pouvoir passer les frontières. Il s’agit notamment de la présentation d’un document attestant d’un test PCR ou d’un test TDR antigénique négatif datant d’au plus 5 jours et la présentation de la carte de vaccination.

« Afin de rendre accessibles les tests et la vaccination au profit des populations et particulièrement des voyageurs, des sites de réalisation des différents tests ont été identifiés dans toutes les régions ou localités abritant des PoE. La liste de sites seront communiqués. Le contrôle sanitaire des passagers est assuré par l’équipe de santé avec l’appui des Forces de Défense et de Sécurité (FDS). Les test rapides sont pour le moment gratuits », a expliqué le ministre en charge de la santé.

Concernant les pays voisins qui ont toujours leurs frontières fermées, le ministre a indiqué que des concertations sont engagées pour « parvenir à une réouverture de toutes les autres frontières ».

Pour information, il est ressorti qu’à la date du 28  Novembre 2021 , le pays a enregistré 16 000 cas cumulés et confirmés de COVID-19 dont 5 918 femmes et 10 082 hommes avec 286 décès. Le nombre de guéris à la même période est de 15 345.

Abdoul Gani BARRY

Burkina24  

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page