Procès Sankara : Le Colonel-Major Gambo Sibidou Léonard livre sa part de vérité

Les dépositions des témoins se poursuivent au Tribunal militaire délocalisé à Ouaga 2000 dans le cadre du procès Thomas Sankara, avec à la barre Gambo Sibidou Léonard ce mercredi 8 décembre 2021.

La suite après cette publicité

Intendant militaire et Colonel-Major à la retraite, Gambo Sibidou Léonard était le commandant de la première compagnie du premier Bataillon d’Intervention Rapide du CNEC au moment des faits. 

Selon son témoignage, les événements du 15 octobre 1987 se sont déroulés en sa présence au conseil de l’entente. « J’étais en permission d’absence mais je suis venu au bureau pour préparer un cours que je devais donner aux éléments de la FIMATS le samedi soir. J’étais alors plongé dans la préparation du cours quand le Lieutenant Diendéré m’a appelé qu’il veut me voir. Quand ça a duré un peu, je l’ai rappelé.

Il m’a dit : « tu es pressé » ? J’étais un peu étonné car d’habitude c’est moi je pars vers lui quand il a besoin de moi. Subitement j’entends un coup de feu, je pensais que c’était un incident de tir mais des rafales ont suivi. J’ai quitté le bâtiment et j’ai dépassé le lieutenant (Diendéré) qui m’a appelé de dos et m’a dit : « Il paraît que l’ETIR va nous attaquer. Occupez-vous de vos éléments », raconte-t-il.

Après sa déposition, les parties ont cherché à comprendre ce qu’il aurait fait une fois devant les faits. Le témoin dit avoir essayé de calmer ses hommes qui étaient alignés au long du mur et tiraient vers l’extérieur. 

Quant à la question du parquet qui cherchait à comprendre pourquoi le témoin n’est pas allé aux informations, il répond : « je voyais les corps à distance, je ne suis même pas allé les regarder. Lorsqu’une situation se dénoue de cette manière, connaissant le milieu, c’est mieux de ne pas montrer trop de curiosité »

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page