Burkina Faso : Roch Marc Christian Kaboré arrêté par des militaires ?

Des sources font état de l’arrestation du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, détenu dans un camp militaire de la Capitale, selon plusieurs médias dont RFI et France24. Des hommes armés ont pris, en tout cas, position devant la Primature et la télévision nationale, RTB. Aucune information officielle à propos, pour le moment (depuis 8h 27), sur la télévision nationale.

La suite après cette publicité

Mais, l’information, selon laquelle Roch Marc Christian Kaboré serait entre les mains des mutins reste toujours à confirmer. « Le Président est en isolement », a confié un gendarme à Oméga Médias. Selon la même source, Roch Marc Christian Kaboré est protégé par la gendarmerie. Le Président de l’assemblée nationale et le premier ministre seraient aussi gardés par la gendarmerie.

Pourtant, sur RFI et France24, le coup d’État est confirmé, citant un officier qui poursuit : « Il faut patienter, il y aura une déclaration dans les prochaines heures ». Selon un autre haut gradé de l’armée cité, les mutins exigent la démission du président Roch Marc Christian Kaboré.

Le couvre-feu décrété dans la soirée du dimanche 23 janvier 2022 a pris fin ce lundi matin et un calme règne sur la ville. Les populations vaquent à leurs occupations. La connexion mobile reste toujours coupée.

Toute la nuit du 23 au 24 janvier, des tirs ont été entendus dans un camp à proximité du lieu de résidence du président, ainsi que dans les environs. Trois véhicules ont été retrouvés criblés de balles non loin de la résidence du Chef de l’Etat.

En rappel, le ministre en charge des armés, le Général Aimé Barthélémy Simporé, avait pourtant rassuré hier 23 janvier 2022 à la télévision nationale que tout était « sous contrôle ».

Dans un communiqué daté du 23 janvier, la CEDEAO a appelé au calme et marqué sa solidarité au Président du Faso, Roch Kaboré, le gouvernement et le peuple.

Elle a également demandé aux militaires de demeurer dans une posture républicaine et de privilégier le dialogue avec les autorités.

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page