Burkina : Majesty La Parole étend sa discographie avec « Ma musique »

Dans la soirée du 25 mars 2022, « Ma musique », deuxième album de l’artiste slameur Majesty la parole a éclos. Riche de 11 titres savamment orchestrés, cet opus aborde une panoplie de thématiques, qui invite la jeunesse à un éveil de conscience.  

La suite après cette publicité

Vendredi soir, c’est la fin de semaine de travail. Après une journée de dure labeur pour certains, c’est l’occasion pour d’autres de chercher un endroit tendre pour se détendre. Écouter de la bonne musique ou déguster des cuisses de poulet dans les restaurants de la place…

Conscient des divergences des goûts et couleurs, Majesty la parole va donc offrir à certaines personnes un vendredi soir qu’ils ne seront pas prêt à oublier de sitôt. C’est à dire la soirée dédicace de son deuxième album discographique « Ma musique ».

Prévue pour se tenir à 20h, c’était sans compter sur la permission de dame nature. On avait jusque-là entendu que la pluie est une bénédiction, pour cette fois-ci ces gouttes bénies n’étaient pas invitées à ce grand rendez-vous musical.

Pendant quelques minutes, les fans amis et parents qui avaient effectué le déplacement pour soutenir leur artiste se fabriquaient tous un abri, car la cérémonie était prévue dans la cour de l’Institut Goethe.

On entendait certains bourdonner « c’est mieux de reporter ». Mais les plus optimistes étaient sereins et attendaient sans pression le début du « show ».

A 21h, les gouttes d’eau se faisaient déjà rares. Ne dit-on pas qu’après la pluie vient le beau temps ? Eh bien, cet adage venait une fois de plus à point nommé. Les hostilités peuvent donc commencer.

Habillé d’un ensemble pantalon et gilet noir, comme pour traduire les tares qui minent la société et d’un T-shirt blanc pour exprimer son désir de revoir son Burkina loin des « terroristes » et retrouvant sa paix d’antan, la star du jour venait de faire son entrée sur scène.

Voilà le moment attendu de tous, on pouvait maintenant savourer les merveilles de l’album « Ma musique ». Véritable chef d’œuvre puisque c’est ainsi que le public l’a jugé. Par ce fruit réalisé en 3 ans, Djibrilou Dembélé alias Majesty la parole traite des maux qui minent la société actuelle, il prodigue alors des conseils à la jeunesse, pour un éveil de conscience.

Majesty la parole au micro des journalistes

« Dans l’album il y a des thématiques sur la protection de l’environnement, des chansons d’espoirs et d’espérances, également des chansons pour un peu dénoncer la corruption, la mal gouvernance et le néocolonialisme dont on est victime depuis un certain nombre d’années.

Le principal message est l’éveil de conscience parce qu’on ne peut pas amener un changement radical sans passer par l’éveil de conscience, donc j’essaie à travers ma musique d’éveiller les consciences, et si les consciences sont éveillées, les gens sauront ce qu’il faut faire« , a informé l’homme qui parle en parabole.

Conscient des difficultés de monnayer son genre musical, Djibrilou Dembélé fait savoir que sa stratégie première est le travail, car il travaille à donner à sa musique une certaine qualité.

Parlant de qualité de travail, c’est d’ailleurs ce côté qui va charmer le Dr Souleymane Ganou à parrainer l’artiste Majesty la parole.

« La musique de Majesty la parole est une musique de recherche, une musique qui va chercher dans le patrimoine culturel de notre pays. C’est une musique qui ne fait pas dans la débauche comme on le voit chez certains artistes, c’est justement cela qui m’a encouragé à l’accompagner » confie le parrain de la soirée.

Majesty la parole sur scène pour son concert acoustique

Un concert en acoustique de l’artiste a entretenu le public qui semblait timide, dû certainement aux coups de fraîcheur. L’ambiance était au rendez-vous, des vers de slam enivraient les spectateurs, tantôt c’était des cris de joie et tantôt des applaudissements, comme pour féliciter l’artiste.

C’était ça la cérémonie dédicace de l’album « Ma musique » de l’artiste slameur arrangeur, Majesty la parole. Les CD de l’album sont disponibles sur le marché au prix de 3000 FCFA l’unité.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page