Burkina Faso : 100 policiers prêts à traquer les cybercriminels

Cent policiers ont reçu, après plus de trois mois de formation en cyber criminalité, leurs attestations de fin de formation, le jeudi 14 avril 2022 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Grâce au projet P-Control de l’entreprise informatique KafyKa, des agents de police ont appris de nouvelles connaissances en informatique qui vont leur permettre de prévenir et de lutter efficacement contre toutes les formes de cybercriminalité sur les réseaux sociaux, de manière durable et plus spécifiquement, dans la lutte contre les enlèvements et les disparitions des enfants.

Selon le Directeur Général Adjoint (DGA) de la Police nationale, Oumarou Songné, ce sont des modules très pertinents répondant aux besoins du moment qui ont été administrés aux impétrants. Cette formation, selon lui, va leur permettre de renforcer leur capacité opérationnelle dans la lutte contre les enlèvements et les disparitions des enfants au Burkina Faso.

« Elle va nous permettre de mettre en œuvre un dispositif efficace pour pallier à ce fléau », s’est réjoui le DGA de la Police nationale qui a invité les impétrants au partage, avec leurs collègues, des connaissances apprises.

Ces policiers, qui sont désormais outillés à protéger les personnes et leurs biens ont appris, selon le Directeur Général de KafyKa, Brice Clovis Kaboré, des modules sur la gestion des postes de contrôle, sur la sécurité informatique, sur la maintenance informatique et l’utilisation de P-Control.

« Le projet P-Control est un projet de sécurité intérieure, qui a pour but de gérer la gestion des postes de contrôles, les entrées et les sorties, les pièces contrefaites et la recherche des criminels », a détaillé Brice Clovis Kaboré.

À en croire le sergent de police, Mélanie Kafando, cette formation leur a permis d’approfondir énormément leur connaissance. « On a appris beaucoup de choses qui vont consister à identifier les personnes très facilement, à contrôler les entrées et sorties d’un service », a-t-elle expliqué.

Un logiciel « MIFOM » a également été présenté aux agents de police. Ce logiciel, selon Brice Clovis Kaboré est un grand répertoire d’enfants perdus, qui est un avantage pour la population qui est victime des cas d’enlèvements et de disparitions des enfants. La police nationale va contribuer au déploiement de ce logiciel par ses équipes formatrices pour leur permettre de maîtriser ce logiciel.

Source : Minute.fr 

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page