Burkina Faso : Les propositions de Oumarou Oubda pour éradiquer le terrorisme

Dans son adresse à la nation, le 1er avril 2022, le président du Faso, le lieutenant-colonel, Paul-Henri Damiba a annoncé l’installation des comités locaux de dialogue. Ces comités ont pour mission de prendre langue avec les Burkinabè qui ont pris des armes contre leur pays. Une initiative que salue Oumarou Oubda, observateur burkinabè, par ailleurs promoteur de « Noor parfum« . Ce vendredi 15 avril 2022, lui qui dit être partant pour toute initiative qui vise au retour de la paix et au développement du pays a apporté sa contribution pour que ces comités parviennent au résultat escompté.

La suite après cette publicité

L’initiative du gouvernement de procéder à la mise en place des comités locaux de dialogue dans les zones à haut défi sécuritaire est appréciée par certains Burkinabè. Oumarou Oubda s’est d’ailleurs là-dessus ce vendredi 15 avril 2022. Pour lui, c’est ce que le gouvernement devait faire depuis là. Il a cependant fait des propositions aux autorités pour permettre à ces comités de bien mener leur mission.

Selon lui, si les groupes armés proposent de l’argent pour enrôler certains Burkinabè, le gouvernement doit aussi faire la même chose en proposant un montant plus élevé que celui donné par des terroristes allant de 10 millions et à 1 million plus une villa pour encourager tous les terroristes qui décident de déposer leurs armes et de se rendre.

Oumarou Oubda

A cet effet, il suggère au gouvernement de réunir autour d’une table les opérateurs économiques, les promoteurs immobiliers et même des investisseurs qui veulent s’établir au Burkina Faso, que chacun fasse sa proposition sur ce qu’il peut apporter comme contribution.

Les suggestions

« Ceux qui peuvent donner cinq terrains, cinq parcelles, ils donnent. On fait collecte des fonds, il y a des opérateurs qui peuvent donner de l’argent cash, même 100 millions de F CFA, avec cette somme déjà, on peut déjà convaincre beaucoup de terroristes.

 Si on proposait même 5 millions, vous allez voir, les gens qui n’ont même pas touché 1 million, d’autres même c’est à cause de 200 000 FCFA qu’ils partent. On lui dit 200 000 FCFA par mois, il part.

 Le gars est là, c’est viande seulement, il mange, il va mourir d’hémorroïde même. Si on lui dit, si vous abandonnez les armes, on va vous prendre, on va vous sécuriser et on va vous donner 5 millions. Vous croyez qu’il restera là-bas ? », questionne-t-il.

Il prône qu’en dehors des comités locaux de dialogue que des bases militaires soient mises en place pour sécuriser et accueillir tous les terroristes qui vont se rendre. « Vous allez voir, ils vont abandonner vite. Et cela se fera très rapidement. Et beaucoup (ndlr, terroristes) se poseront beaucoup de questions entre eux là-bas. Ça va créer des divisions, et ils seront fragilisés.  », ajoute-t-il.

Oumarou Oubda est convaincu que sa suggestion pourrait marcher à 100 % et permettrait d’éradiquer le terrorisme au Burkina Faso. Il va loin et propose même qu’on donne des habitations à tous les terroristes qui décideront de se rendre.

A la question de savoir si cette proposition passait, on risque d’avoir des gens qui se feront passer d’anciens terroristes pour bénéficier de l’offre. Mais pour Oumarou Oubda, ce ne sont que des gens qui étaient déjà de mèche avec les groupes terroristes qui peuvent faire cela.

« C’étaient déjà des terroristes, et ces derniers, ils n’ont pas besoin qu’on leur propose 10 millions, ils ont juste besoin qu’on leur dise, venez prendre 200 000. Quand il s’agit de gagner de l’argent les gens n’hésitent pas, s’ils savent qu’il y a un moment où ça va s’arrêter, tout le monde ne va quand même courir tous les jours pour aller dans le terrorisme, si les chefs terroristes ne sont plus, même si vous êtes en vie, vous n’irez nulle part », dit-il.

Enfin, il conseille au gouvernement de convoquer toutes les petites entreprises du pays et qu’un montant soit imposé à chacune pour soutenir l’initiative.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page