Journée mondiale de la propriété intellectuelle : Un webinaire pour un partage d’expériences

Le 26 avril de chaque année est célébrée la Journée mondiale de la propriété intellectuelle. Pour l’occasion, au Burkina Faso, à Ouagadougou, VIVA INNOVA, association scientifique, apolitique, laïque et à but non lucratif, a mobilisé des experts de la propriété intellectuelle au plan national et international autour d’un webinaire ce mardi 26 avril 2022. 

La suite après cette publicité

Le webinaire voulu par VIVA INNOVA a été animé par des experts du Burkina Faso, du Cameroun, du Canada et du Maroc.

Issouf Zan
Issouf Zan, Expert en propriété intellectuelle, lors de sa communication.

Pour Issouf Zan, Expert en propriété intellectuelle, Spécialiste en incubation des start-ups et conseiller des affaires culturelles et président de l’association VIVA INNOVA, cette journée est mise à profit pour un partage d’expériences avec les jeunes.

« Une telle journée pour nous, c‘est de partager le savoir aux jeunes pour qu’ils puissent tirer des opportunités du système de la propriété industrielle », a-t-il indiqué. Puis de faire remarquer que la propriété industrielle est intéressante en ce sens qu’elle a permis à des pays comme l’Inde, qui l’ont adoptée depuis les années 70, de se développer.

D’où l’intérêt, dit-il, en cette journée « de faire appel à des experts de renommée de la sous-région et de l’international qui vont partager leurs expériences aux jeunes burkinabè et à la jeunesse africaine ».

« Importance de la propriété intellectuelle pour les start-ups »

Communicateur à ce webinaire, il s’est agi pour lui d’entretenir sur « l’importance de la propriété intellectuelle pour les start-ups ». Pour cela, il a abordé les enjeux de la propriété intellectuelle pour les start-ups.

« Les start-uppeurs doivent savoir que la première étape c’est de protéger sa technologie. Je vais conseiller aux jeunes dans leurs plans d’affaires de prévoir un budget pour la protection en fonction de l’actif souhaité », a-t-il fait savoir.

« A l’endroit de la jeunesse, c’est de comprendre qu’un avenir meilleur est possible. Il faut croire en ses capacités et s’entourer de mentors pour pouvoir se réinventer. Concernant le gouvernement, c’est de continuer à accompagner ces jeunes dans ce nouvel élan grâce au numérique.

 Il faut les accompagner à travers les financements et aussi à travers l’accompagnement et travailler à donner des avantages aux jeunes créateurs, notamment au niveau des marchés publics », a-t-il lancé comme appel.

« Utilisation des IoT dans la Robotique »

Cheick Ismaël Maïga, Ingénieur logiciel système embarqué et robotique, qui a intervenu depuis le Canada, a réagi à l’« utilisation des IoT dans la Robotique ». Essentiellement, il a parlé de l’internet des objets et rappelé les applications rentrant dans le cadre de la robotique.

L’internet des objets, a-t-il expliqué, « est utilisé dans plusieurs domaines, notamment à la maison avec les ampoules intelligentes, dans l’armée, dans l’agriculture, dans la sécurité, dans les océans, etc. ». La robotique, quant à elle, et si l’on en croit le reste de son explication, « est créée pour gérer les difficultés d’ordre opérationnel de façon la plus simple et efficace ».

Il a illustré son propos en ce sens qu’un robot « peut donner des informations en temps réel dans plusieurs domaines (dans les attaques terroristes : donner des signaux d’alerte, système de guidage automatique ; dans les restaurants : les applications peuvent envoyer des informations aux clients à l’aide du code QR ; dans les unités de transformation »

Denilson Ouattara, étudiant en réseau et télécommunication et participant, dit attendre énormément de ce webinaire. « A partir de ce webinaire, j’espère avoir des idées sur comment sécuriser mes propriétés intellectuelles », a-t-il laissé entendre.

Ce webinaire visait, entre autres, à sensibiliser les jeunes burkinabè et africains sur les enjeux de la propriété intellectuelle ; à présenter un peu l’état des lieux de la Propriété intellectuelle en Afrique et au Burkina Faso ; à faire découvrir aux jeunes burkinabè et africains comment les droits de propriété intellectuelle peuvent les aider à créer un avenir meilleur.

Le terme propriété intellectuelle désigne les œuvres de l’esprit : inventions, œuvres littéraire et artistiques ; dessins et modèles ; et emblèmes, noms et images utilisés dans le commerce. Elle est protégée par la loi, par exemple au moyen de brevets, de droits d’auteur et d’enregistrement de marques, qui permettent aux créateurs de tirer une reconnaissance ou un avantage financier de leurs inventions ou créations.

VIVA INNOVA, créée en novembre 2019 par un groupe de compétences diverses ayant pour point commun la passion de l’innovation et de la propriété intellectuelle, se présente comme une structure de promotion de l’innovation, de la propriété intellectuelle, de l’entrepreneuriat innovant, des industries culturelles et créatives au Burkina Faso.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

 

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page