Journée mondiale de la liberté de la presse 2022 : Un panel pour penser renaissance des médias

La célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, ce mardi 3 mai 2022, à Ouagadougou, dans les locaux du Centre national de presse Norbert Zongo (CNP/NZ), a donné lieu à un panel sur le thème national en lien avec le thème international « les médias burkinabè face à la révolution numérique : comment mourir pour mieux renaître ?».

La suite après cette publicité
Issoufou Saré, DG Bf1
Issoufou Saré, DG Bf1.

Issoufou Saré, Directeur général (DG) de la télévision « Bf1 », a abordé l’implication du numérique en ce qui concerne l’audiovisuel, notamment la télévision.

Il est parti d’un état des lieux de la consommation des médias dans le monde. « Faisant l’état des lieux de la consommation des médias dans le monde, nous avons près de 6h58 min qui représente le temps passé pour chaque terrien sur internet ;

 3h20 min pour le temps passé devant la télévision ; 2h de temps passé pour la lecture des journaux papiers et en ligne ; 1h01min, c’est le temps passé par les terriens pour écouter les informations à la radio », a-t-il dressé.

Ces informations, a-t-il poursuivi, « pour qu’on se rende compte que de plus en plus, les citoyens consomment l’information par le canal d’internet ; ce qui va changer le mode de consommation ». Il a aussi indiqué qu’au Burkina Faso, la croissance des internautes est plus accélérée que la croissance normale de la population.

« Au Burkina Faso, sur les 21, 8 millions d’habitants, nous avons à peu près 25,75 millions de téléphones qui circulent dans le pays ; 5,95 millions d’internautes soit 27,3% de la population régulièrement connectée à internet ; 2,8% de croissance annuelle de la population ; 10% de croissance annuelle des internautes ; 98,9% des internautes burkinabè se connectent à l’aide du téléphone portable », a-t-il avancé.

Et de faire savoir que « la télévision est le média le plus touché par l’avènement du numérique d’autant plus qu’au niveau de l’audiovisuel, notamment la télévision de plus en plus sur internet il y a différents comptes qui se créent et ces comptes font en sorte que la vidéo est aujourd’hui en forte concurrence avec les productions de contenus télévisuels ».

En termes de recommandations, « mettre en place un service digital, proposer du contenu adapté au digital, penser à la monétisation des plateformes numériques », a-t-il formulé.

La presse écrite en paye le lourd tribut

Boureima Ouédraogo, DP du bimensuel le Reporter.
Boureima Ouédraogo, DP du bimensuel le Reporter.

Boureima Ouédraogo, Directeur de publication (DP), du bimensuel « le Reporter » a estimé que la presse écrite est la plus touchée par cet avènement du numérique, « parce que le numérique attaque même à l’essence économique de la presse écrite », a-t-il expliqué.

Il a en outre indiqué  que « les entreprises de presse écrite sont globalement confrontées à une austérité économique liée à la fois aux évolutions technologiques et à l’environnement économique national et international ».

Dans ledit contexte, « la digitalisation apparait à la fois comme une menace sérieuse, mais aussi une opportunité dont on peine encore à exploiter tout le potentiel », a-t-il dit. Pour lui, les principales menaces de mort de la presse écrite à l’ère du numérique sont « la piraterie, la pénurie des intrants, notamment le support papier, les pages individuelles sur les réseaux sociaux ».

La presse en ligne, pas à l’abri de la menace

Dr Cyriaque Paré, DP du journal en ligne leFaso.net .
Dr Cyriaque Paré, DP du journal en ligne leFaso.net .

Dr Cyriaque Paré, Directeur de publication du journal en ligne « leFaso.net » est revenu sur le nouveau paradigme qui régit aujourd’hui l’écosystème des médias.

« On a toujours dit qu’un nouveau média n’a jamais tué un ancien. Ce qu’on constate aujourd’hui, c’est que cette vérité est en train d’être remise en cause. On assiste à la mort de vieux médias », a-t-il dit.

Les changements observés dans le secteur des médias, il les a appréhendés à travers trois concepts en lien avec le modèle économique : la désintermédiation, l’infomédiation et la substituabilité.

La désintermédiation, il l’a définie comme « la capacité pour le citoyen lambda à produire et à diffuser des informations » ; toute chose, dit-il, qui entraine « la perte du monopole des médias traditionnels ». « L’infomédiation, c’est la naissance des infomédiaires, des plateformes », a-t-il défini.

« Aujourd’hui, ils sont très peu nombreux qui accèdent directement à nos informations en venant directement sur nos sites. Beaucoup passent par les infomédiaires (les réseaux sociaux, les agrégateurs, etc.).  

Cette arrivée de nouveaux acteurs interroge notre survie », a-t-il ajouté, présentant la substituabilité  comme « l’information qui est produite et diffusée à profusion ». Cela, laisse-t-il entendre, « joue sur la nature de l’information, sur le commerce de l’information ».

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page