L’Initiative des Femmes Leaders appelle au retour de Blaise Compaoré pour une réconciliation véritable

L’Initiative des Femmes Leaders pour l’Unité et la Réconciliation Nationale (IFLURN) dans le souci de prôner la paix et la cohésion sociale a invité ses membres et sympathisants à une conférence publique. Cette conférence publique a été une occasion pour les membres d’afficher leur soutien tout d’abord aux forces de défense et de sécurité et également aux membres de la transition. Aussi, elles ont abordé la question de la réconciliation nationale qui, est selon elles, est la condition d’une cohésion sociale véritable. C’était ce jeudi 12 mai 2022 Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Face à la situation sécuritaire qui turlupine la stabilité et la quiétude des fils et filles du pays des Hommes intègres et pour ne pas être en déphasage avec l’actualité, l’Initiative des Femmes Leaders pour l’Unité et la Réconciliation Nationale (IFLURN) a donné de la voix en exprimant son soutien et sa solidarité aux forces de défense et de sécurité dans la matinée de ce jeudi 12 mai 2022.

En effet, elles disent soutenir les FDS : « Dans cette lutte qu’elles mènent jour et nuit pour la restauration de notre intégrité territoriale et la sécurisation absolue de nos courageux citoyens et citoyennes ».

Participation collective pour la cohésion sociale

Par ailleurs, les membres de I’IFLURN ont soutenu que l’histoire politique Burkina Faso est dotée d’une ouverture d’esprit au travers de sa diversité religieuse et ethnique.

Toujours dans cet état d’esprit, elles ont laissé entendre que la promotion de la participation collective et la mise en œuvre d’une justice économique, équitable et innovatrice ont longtemps conforté l’esprit entrepreneurial de la jeunesse.

Saratou Ilboudo, coordonnatrice de I’IFLURN
Saratou Ilboudo, coordonnatrice de I’IFLURN

« C’est dans cette optique de refondation de la nation et de l’esprit de la sauvegarde de ces acquis précieux que nous nous engageons aux côtés des autorités de la transition actuelle pour un retour à la vie constitutionnelle normale », a éclairci Saratou Ilboudo, coordonnatrice de I’IFLURN.

Au cours de la conférence de presse, la question de la réconciliation nationale a largement occupé les débats. De l’avis des membres de l’IFLURN, la réconciliation nationale est synonyme de retour des exilés politiques qui est pour elles, la condition sine qua non d’une paix véritable et par ricochet de la cohésion sociale.

Les membres et sympathisants de l'IFLURN
Les membres et sympathisants de l’IFLURN

Retour de Blaise Compaoré pour une réconciliation nationale

Pour y arriver, les membres de l’IFLURN ont indiqué qu’elles allaient entreprendre des démarches auprès des politiques, des autorités coutumières et religieuses et toutes les personnes ressources afin de joindre l’acte à la parole pour une réconciliation effective.

« Nous souhaiterions attirer l’attention des autorités politiques, administratives, associatives, coutumières et religieuses à se pencher véritablement de manière décisive sur le cas des exilés politiques en général.

Nous exhortons, très respectueusement, les autorités politiques en particulier le chef de l’Etat d’exercer toutes les prérogatives que lui accorde sa fonction, pour aborder de manière déterminante, la mise en œuvre d’une démarche républicaine pour conclure l’organisation du retour au Burkina Faso, dans les conditions relatives à son statut d’ancien chef d’Etat, son excellence monsieur Blaise Compaoré et son épouse Chantal Compaoré. 

Il en va de même pour tous les Burkinabè contraints à l’exil pour des raisons politiques notamment », a supplié la coordonnatrice de l’IFLURN.

Aminata Catherine SANOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page