Lutte contre le terrorisme : « On assiste même à l’augmentation des salaires des ministres » (Boureima Ouédraogo)

Les mouvements Le Balai Citoyen, Afrikamba, la ligue Panafricaniste et leurs alliés politiques ont organisé ce samedi 28 mai 2022 une conférence publique sur le thème « Quelle trajectoire pour la transition ? ». Le Pr Abdoul Karim Saïdou, politologue et enseignant chercheur, Abdoulaye Barry, journaliste et analyste politique et Boureima Ouédraogo, journaliste et Directeur de publication de « Le Reporter », tous des panelistes ont donné de la voix lors de cette rencontre.

La suite après cette publicité

Le Pr Abdoul Karim Saïdou, politologue enseignant-chercheur, s’est intéressé aux transitions politiques et la lutte contre le terrorisme. « Est-ce que la démocratie est capable de faire face au terrorisme ? Est-ce que les régimes de transition sont capables de lutter contre le terrorisme ? », s’interroge le politologue. Pour lui, il n’y a pas de réponse directe à cette question.

A l’en croire, les régimes de transition disposent des avantages dans la lutte contre le terrorisme car ils sont neutres et peut rassembler plusieurs composantes de la société. Pour le contexte du Burkina Faso, l’enseignant chercheur se dit sceptique quant à sa neutralité.

D’un autre coté, Abdoul Karim Saïdou confie que ces régimes sont aussi vulnérable car ils sont sous pression et il y a une temporalité très courte. Sans oublier le poids des PTF qui jouent beaucoup sur la caisse de l’Etat. « La transition qui est sous tutelle internationale ne peut pas gagner la guerre », a-t-il souligné.

…on assiste même à l’augmentation des salaires du ministre.

Boureima Ouédraogo, journaliste directeur de publication de « Le reporter » s’est penché sur le MPSR et la question de la restauration. Sans ambages, il affirme que le mythe que les militaires étaient les mieux qualifiés pour la lutte contre l’insécurité s’est détérioré. Pour lui, aucun militaire n’a encore fait un acte de bravoure jusqu’au coup d’Etat du 24 janvier.

Boureima Ouédraogo, journaliste directeur de publication « le reporter »
Boureima Ouédraogo, journaliste directeur de publication « le reporter »

« Quatre mois après ce coup il y a une détérioration plus accrue de la situation sécuritaire. On a beau chercher des signaux d’espoir mais hélas on assiste même à l’augmentation des salaires des ministres. Ils l’ont fait à moins de 45 jours. C’est ça la restauration ? », s’est-il interrogé. Il a mentionné aussi la personnalisation du pouvoir à travers ce fameux spot publicitaire de Damiba.

La sortie du président à Bobo montre que le mythe est tombé…

De son avis, les OSC tout comme les partis politiques ne savent plus à quel saint se vouer. « La sortie du président à Bobo montre que le mythe est tombé et on peut se dire que cette transition est une trajectoire du chaos. Il faut recadrer et refonder la transition et la remise pacifique du pouvoir à un civil qui sera élu par les forces vives de la nation », a conseillé Boureima Ouédraogo.

Le journaliste et analyste politique, Abdoulaye Barry, s’est contenté de se prononcer sur la transition et l’engagement patriotique. « Ni le MPP, ni le MPSR n’a pu fédérer tous les Burkinabè pour faire face à l’insécurité grandissante », a-t-il confié. « Les Burkinabè ont-ils mal à leur patriotisme au point de laisser leur patrie mourir a petit feu ? » s’est questionné le journaliste. Selon lui, la transition ne réussira que s’il y a une légitimité aux niveaux national et international.

Egalement, Abdoulaye Barry a ajouté qu’il est important de rassembler tous les Burkinabè autour d’un idéal. « Il faut mobiliser l’ensemble des Burkinabè sur la base de la vérité et redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », a proposé le journaliste.

Jules César KABORE

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page