Formation Initiale des Officiers Sapeurs-Pompiers : 23 stagiaires reçoivent leurs parchemins

L’Institut supérieur d’études de protection civile (ISEPC) a livré sa 10e promotion de la Formation Initiale des Officiers Sapeurs-Pompiers (FIO) ce jeudi 7 juillet 2022 à Ouagadougou. Il s’agit de 23 stagiaires de 13 nationalités parmi lesquels on peut distinguer trois officiers féminins.

La suite après cette publicité

Ce jeudi 7 juillet 2022 marque la fin du stage de formation initiale des officiers Sapeurs-Pompiers (FIO) session 2022 qui s’est déroulée depuis 7 février 2022 à ce jour. Cette cuvée est composée de 23 stagiaires de 13 nationalités parmi lesquels on peut distinguer trois officiers féminins.

En effet, les 13 nationalités sont issues du Bénin, du Burkina Faso, du Burundi, du Congo Brazzaville, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, de la Guinée Conakry, de Madagascar, du Niger, du Sénégal, du Tchad et du Togo.

10e promotion de la Formation Initiale des Officiers Sapeurs-Pompiers (FIO)

Sagna Jeannot, délégué de la promotion, a fait savoir que durant cinq mois, ils ont suivi les rigueurs de la Formation Initiale des Officiers Sapeurs-Pompiers (FIO). « Nous avons collectivement appris à nous élever aussi physiquement qu’intellectuellement en développant un moral à toute épreuve, celui des soldats du feu. 

Les moments passés ensemble ont été pour nous, une occasion d’acquérir les compétences nécessaires pour être de bons chefs de garde au profit des populations de nos pays respectifs. Durant ce parcours de formation, nous avons notamment appris le sens réel de notre engagement en tant que sapeurs-pompiers et la noblesse qui réside dans le secours et l’assistance des personnes, la protection de leurs biens et de l’environnement », a-t-il fait savoir.

Lire également👉Communication de crise : 22 stagiaires de 7 pays repartent mieux outillés du Burkina Faso

Egalement, Ndary Ndour le directeur de cours adjoint, a indiqué que les stagiaires ont suivi avec assiduité la formation initiale d’officiers sapeurs-pompiers.

A l’écouter, les modules dispensés étaient, entre autres, la formation aux activités de premiers secours en équipe, chef d’Agrès au premier secours, chef de garde d’incendie, risques technologiques et naturels et la prévention.

« Cinq mois durant, les officiers stagiaires ont été formés dans les domaines tels que les techniques de lutte contre l’incendie, les gestes de secourisme, les interventions en milieux périlleux suite à l’effondrement d’une structure, à l’éboulement d’une mine ou à une inondation, les interventions liées aux matières dangereuses, qu’elles soient radiologiques, biologiques ou chimiques. 

Ils sont dorénavant aptes à participer activement à la protection des populations, à la sauvegarde de leurs biens ainsi que de l’environnement dans leurs pays respectifs et partout où le devoir les appellera », a-t-il relevé. 

Formation Initiale des Officiers Sapeurs-Pompiers

Ndary Ndour a précisé qu’à l’issue de l’examen final, le taux de réussite est de 100%. La plus forte moyenne était de 16,86/20 et la faible moyenne de 12,46/20, soit une moyenne de classe de 14,41/20.

En plus, le directeur de l’Institut supérieur d’études de protection civile (ISEPC) le Lieutenant-colonel, Boubacar Kiéta, a fait savoir  qu’à compter de ce jour « les services de protection civile recevront des cadres outillés, capables de contribuer activement à la lutte contre les catastrophes en Afrique ».

Par ailleurs, il a rappelé que cette école est née de la volonté des Etats africains avec l’appui de la coopération française en vue de répondre aux besoins des populations africaines en matière de protection civile à travers la formation.

Alors depuis sa création en 2013, l’institut a organisé 86 formations, 2752 stagiaires formés dont 1103 femmes, 25 pays abonnés.

Jules César KABORE

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page