Burkina : Vers une identification unique des élèves

Le Directeur général des études statistiques et sectorielles (DGESS) du ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Olivier Bagré, a officiellement lancé, à l’occasion d’un atelier ce vendredi 15 juillet 2022, à Ouagadougou, la phase pilote (dans son volet technique), du fichier national des élèves, de l’inscription en ligne des élèves et de la production des cartes d’identité scolaires au Burkina Faso.

La suite après cette publicité

La Direction générale des études statistiques et sectorielles (DGESS) du ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales dit avoir fait le constat, « que des exclus d’un établissement peuvent réapparaitre comme nouveaux inscrits dans un autre établissement l’année suivante, et sont même comptabilisés comme promus même si dans les faits, ce sont des redoublants ou des exclus ».

Olivier Bagré
Olivier Bagré, DGESS du MENAPLN.

Cette situation, a dit Olivier Bagré, Directeur général des études statistiques et sectorielles, « n’est pas sans conséquences sur la qualité des statistiques et par ricochet sur la planification des besoins éducatifs et sur l’évaluation de la performance des projets et programmes du sous-secteur ».

Dans ce sens, « il a été initié (en 2018) avec l’appui de la Coopération luxembourgeoise, le projet d’identification unique des élèves du Burkina Faso afin de contribuer à résoudre le problème, notamment à relever les défis liés à la maitrise des cursus scolaires, des effectifs par niveau et par ordre d’enseignement, au suivi des cohortes d’élèves, à l’amélioration de la fiabilité des statistiques scolaires et au contrôle d’accès aux examens », a fait savoir Olivier Bagré.

Provinces du Boulgou et du Kourwéogo

La phase pilote de ce projet, estimée à 300 millions F CFA, a été prévue, des dires de M. Bagré, pour se tenir dans les écoles primaires publiques et privées et les établissements du post-primaire et secondaire publics et privés des provinces du Boulgou dans la région du Centre-est et du Kourwéogo dans la région du Plateau-central. L’objectif à terme du projet, étant de le généraliser à l’ensemble du pays à partir de 2024.

« Ce lancement technique est pour vraiment lancer la série de formations à l’endroit des acteurs du niveau central. Et cette formation va se poursuivre de façon échelonnée jusqu’au niveau déconcentré pour les acteurs de mise en œuvre sur le terrain et ça aboutira enfin à vraiment l’opération d’enrôlement et la production des cartes scolaires pour les deux provinces pilotes », a-t-il donné le sens du présent atelier de lancement.

Hébié Kamon Yaya
Hébié Kamon Yaya, expert en système d’information…

A en croire le propos de Hébié Kamon Yaya, expert en système d’information et responsable de la mise en place de la plateforme d’identifiant unique des élèves du Burkina, « ça permettra une meilleure gestion des flux des élèves ».

Ses attentes, « c’est que tous les élèves concernés par la phase pilote soient identifiés de façon unique et qu’on puisse leur délivrer des cartes d’identité scolaire avec des codes QR, infalsifiable ; ça nous rendra optimiste quant à la généralisation (du projet à l’ensemble du Burkina Faso, ndlr) », a-t-il confié.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page