Burkina Faso : Le Cadre sectoriel de dialogue « gouvernance administrative et locale » en examen

Le Ministère en charge de la fonction publique, du travail et de la protection sociale a tenu la revue annuelle 2021, et à mi-parcours du Cadre sectoriel de dialogue « gouvernance administrative et locale » (CSD-GAL), ce vendredi 29 juillet 2022.  

La suite après cette publicité

« Ce matin, nous tenons la revue couplée annuelle 2021, et à mi-parcours 2022, du cadre sectoriel de dialogue gouvernement administrative et locale. C’est une revue qui va examiner les rapports de performances pour l’année 2021, et pour le premier semestre 2022 du cadre sectoriel de dialogue gouvernement administrative et locale », informe d’entrée Rimlawende Etienne Kaboré, secrétaire permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance.

D’un point de vue général, l’objectif poursuivi par la revue annuelle et à mi-parcours est de valider le projet de rapport de performance de l’année 2021 et à mi-parcours ainsi que le projet de plan d’action sectoriel de la transition du CSD-GAL.

« Nous avons pu également renforcer le financement des médias privés à hauteur de 400 millions de Francs CFA »

A en croire Etienne Kaboré, les activités se sont déroulées dans un contexte difficile, marqué par la double crise sécuritaire et sanitaire. En dépit de ces difficultés, un certains nombre d’acquis ont été engrangés au niveau du secteur.

« Au niveau de la gouvernance locale, nous avons  pu tenir la 7e session de la conférence nationale de la décentralisation qui s’est penché sur la problématique du financement des collectivités territoriales. Nous avons pu également renforcer le financement des médias privés à hauteur de 400 millions de Francs CFA.

Au niveau de la gouvernance administrative, nous avons travaillé à améliorer l’accès des citoyens aux services publics, essentiellement par la dématérialisation des procédures administratives et la simplification des procédures administratives. Au titre de la communication, nous avons pu également adopter la stratégie nationale de communication gouvernementale en temps de crise », cite le secrétaire permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance.

Rimlawende Etienne Kaboré, secrétaire permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance

Pour le Dr Andreas Pfaffernoschke, ambassadeur de la République d’Allemagne au Burkina Faso, par ailleurs, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) du GSG/GAL, c’est un honneur de représenter les partenaires techniques et financiers du cadre sectoriel de dialogue gouvernance administrative et locale.

Cependant, il laisse entendre que les PTF restent aux côtés du peuple burkinabè, et ne ménageront aucun effort pour accompagner le Burkina Faso dans sa démarche vers l’atteinte des objectifs de développement durable.

« Améliorer les capacités humaines des collectivités territoriales… »

Soucieux donc de renforcer les actions de développement, Dr Andreas Pfaffernoschke, a formulé un certain nombre de recommandations. « Renforcer les mesures de bonne gouvernance administratives à travers le lutte contre la corruption et la gestion rationnelle des ressources de l’Etat ; améliorer les capacités humaines des collectivités territoriales ; adopter la loi de programmation financière des collectivités territoriales ; harmoniser les différents textes sur la cohésion sociale en lien avec la stratégie nationale de la cohésion sociale ».

Sié Frédéric KAMBOU 

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page