Burkina Faso: « Il n’y a pas de développement sans expertise » (Noufou Niampa)

L’Agence de promotion de l’expertise nationale (APEN) a organisé un atelier d’information et de sensibilisation sur l’expertise nationale au Burkina Faso. Cette session vise à partager l’information sur l’organisation de l’expertise nationale et le rôle qu’entend jouer l’APEN dans la promotion de l’expertise nationale auprès des structures centrales, rattachées ou de missions du ministère en charge du commerce.

La suite après cette publicité

L’Agence de promotion de l’expertise nationale (APEN) est une structure publique à caractère professionnel créée en 2011. Mais ce n’est qu’en 2021 que les instances constitutives de cette agence ont commencé à véritablement fonctionner. Elle a pour mission de valoriser et de promouvoir l’expertise nationale burkinabè.

L’APEN est un instrument par excellence pour faire de l’expertise burkinabè, une référence dans la sous-région et dans le monde, a laissé entendre Noufou Niampa, président de l’Assemblée générale des experts de l’APEN. « Cette rencontre se veut être une opportunité pour mieux connaître l’APEN, recevoir des suggestions, dégager des pistes de collaborations afin d’assurer une meilleure valorisation de l’expertise burkinabè », a précisé Noufou Niampa.

Noufou Niampa

L’organisation et le développement de l’expertise nationale au Burkina Faso s’articule autour des enjeux ci-après. Il s’agit particulièrement de l’indépendance de la réflexion stratégique, de la création d’emploi, de l’accroissement de la valeur ajoutée nationale et du revenu national et enfin d’un outil de diplomatie.

Le président de l’Assemblée générale des experts de l’APEN a informé qu’ils prévoient élaborer un plan stratégique de développement et d’un plan d’actions. Et tous ces outils, a-t-il annoncé seront bientôt adoptés au cours d’une assemblée générale.

Les participants

« Il n’y a pas de développement sans expertise. Et parfois, nous regrettons que dans les situations de crise, ce sont des expertises qui sont sacrifiées. Or non. Dans les situations difficiles, ce sont des expertises qui doivent être mises en exergue. 

Dans tous les domaines aujourd’hui, là où il y a un problème de développement, il y a un problème d’expertise. Il faut qu’on comprenne que l’expertise est un chainon qui véritablement doit être impulsé si nous voulons avoir un véritable développement », a-t-il apostrophé.

Sylvie Meda née Sontié

Rebondissant sur la situation de l’expertise nationale au Burkina, Sylvie Meda née Sontié, secrétaire exécutive de l’APEN a signalé que « l’expertise nationale est reconnue au pays des Hommes intègres mais elle n’est pas suffisamment valorisée ».

Elle a affirmé que le pays regorge de beaucoup de compétences qui œuvrent au développement économique et social « mais seulement en matière de valorisation et de promotion pour que justement ce secteur d’activité puisse produire les revenus et les emplois à sa juste valeur reste le plus grand travail à faire ».

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page