Tribune | « Fermeture des frontières de la Côte d’Ivoire avec le Burkina Faso : A qui profite le deal ? »

Ceci est une tribune d’Elie ZAGRE, Communicateur, sur la fermeture des frontières Burkina Faso-Côte d’Ivoire. 

publicite

Depuis l’avènement de la pandémie à Coronavirus, des mesures de restrictions ont été prises par les différents Etats. Parmi ces mesures, figure la fermeture des frontières terrestres et aériennes. Cette décision interdisant le déplacement des personnes entre les différents pays a impacté l’économie des pays.

La suite après cette publicité

Au fil du temps, les pays occidentaux, plus touchés par la maladie et qui ont été les premiers à implémenter cette décision, au regard des difficultés que connaissent leurs ressortissants dans leur business, ont procédé à la réouverture des frontières même avec les pays africains. Des pays africains en ont suivi le pas, facilitant le déplacement des personnes et du commerce.

Le Burkina Faso, soucieux du bien-être de sa population a ouvert ses frontières avec ses pays voisins. Cependant, la Côte d’Ivoire, pays cosmopolite, avec une forte communauté étrangère a toujours maintenu  ses frontières fermées avec ses voisins.

Le off, c’est que personne n’en parle. A la frontière Côte d’Ivoire-Burkina, le mal sévit. Accéder à la Côte d’Ivoire est un véritable parcours du combattant. Un commerce illicite gagne du terrain. Chaque jour que Dieu fait, les populations vont et viennent de ce pays. Mais, comment ? L’argent coule.

Il faut se faire transporter par une moto et traverser la forêt avec tout le risque possible car les terroristes et les bandits y sont. Quitter Ouagadougou pour Abidjan, le transport a triplé pour la simple raison que les transporteurs doivent soudoyer plusieurs entités voire des FDS.

Le pauvre ne peut plus se déplacer bien qu’il ait ses documents à jour. Les autorités ivoiriennes et burkinabè sont au courant mais c’est le laisser faire qui prédomine. Le mal a assez duré. A qui profite le deal ?

Pour le bonheur des communautés, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire doivent se parler. C’est plus qu’URGENT !

Elie ZAGRE

Communicateur

Écouter l’article
publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Si la côte d’Ivoire avait autres moyens de verrouillé ce passage clandestins, ils le feront.
    Des gens qui ne veulent plus les voisins chez eux et la covid à été la bienvenue et donné l’occasion pour fermer sa frontière.
    Vous croyez qu’il vont l’ouvrir encore ?
    Il cherche autre moyens pour interdire l’accès des Burkinabè et malien en Côte d’Ivoire 😅
    Construction de Clôture va vous étonné.

  2. Waouh!!! C’est bien dit, suffisamment clair et ça traduit la réalité. A qui profite le maintien de la fermeture des frontières? Les autorités, qui en principes travaillent pour la population doivent trouver une réponse à cette question le plus rapidement possible. ça a trop duré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page