Enseignement : Les ministres Joseph André Ouédraogo et Adjima Thiombiano installés

Les ministres de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationale et celui de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ont été installés ce vendredi 28 octobres 2022 à Ouagadougou dans leurs nouvelles fonctions.

La suite après cette publicité

Le Secrétaire Général du gouvernement a procédé dans la matinée de ce vendredi 28 octobre 2022 à l’installation de Joseph André Ouédraogo, à la tête du ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales.

Joseph André Ouédraogo, celui qui a passé 37 ans  « au pied du tableau noir » en tant que professeur des lycées, conseiller pédagogique de l’enseignement secondaire et inspecteur, affirme que lors de leur rencontre de prise de contact avec le président Ibrahim Traoré, celui-ci a souhaité que les ministres aient un moral de soldat à faire face à l’adversité, à se battre pour la cause de la patrie et cela, jusqu’au sacrifice suprême.

Pour le nouveau patron en charge de l’éducation nationale, cette invite doit résonner pour chacun de nous comme un impératif catégorique, car dit-il « notre pays enregistre 708 341 élèves en situation de rupture scolaire, 20 763 enseignants affectés et 76 communes dont les écoles sont entièrement fermées ».

Adjima Thiombiano

Joseph André Ouédraogo ajoute que les chiffres sont éloquents et l’heure est gravissime. Il rassure, l’ensemble de ses collaborateurs que c’est ensemble qu’ils vont relever tous les défis qui se posent au ministère.

« Je m’efforcerai d’être à l’écoute de tous. Je ferai du dialogue sociale un axe majeur de mon mandat », conclut-il.

Après l’installation du ministre Ouédraogo, le Secrétaire général du gouvernement a procédé à l’installation du ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Adjima Thiombiano.

Pour ce ministre entrant, le diagnostic actuel montre clairement que la nation est déchirée de toutes parts en raison d’une démission collective et individuelle face à certaines valeurs telles la dignité, l’intégrité, le travail bien fait, le courage, l’esprit de sacrifice, la solidarité et la tolérance.

« Il est donc temps de penser et d’agir pour le collectif et pour l’avenir de ce pays que pour tout autre intérêt personnel et égoïste. La gouvernance doit radicalement changer à tous les niveaux pour redonner à ce pays la fierté de porter son nom : Burkina Faso! Et nous en sommes capables! Notre département ne peut se soustraire de cette dynamique! Pour cela, tout en comptant sur chacun de mes collaborateurs à tous les niveaux, je vous invite à donner le meilleur de vous-mêmes sur tous les plans », laisse entendre, Adjima Thiombiano.

Saly OUATTARA

Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page