Le projet de danse Harakaat officiellement dévoilé

publicite

Au cours d’un déjeuner de presse ce vendredi 28 octobre 2022, le projet de danse « Harakaat » a été présenté aux hommes et femmes des médias burkinabè. Les discussions ont été dirigées par Martin Pockrandt, directeur général du Goethe institut Burkina Faso, par Salia Sanou du Burkina Faso, par Baidy Ba du Sénégal et par Justin Billy du soudan du sud.

La suite après cette publicité

Le projet Harakaat qui signifie « mouvement » en arabe est un projet de résidence artistique international piloté par le Goethe institut du Burkina Faso et celui du soudan. Il réunit à la fois trois pays qui sont le Burkina Faso, le soudan du sud et le Sénégal et bénéficie de l’encadrement artistique des représentant de ces trois pays. Il s’agit de Salia Sanou pour le compte du Burkina Faso, de Baidy Ba du Sénégal et de Justin Billy qui vient du soudan du sud.

La mise en œuvre du projet Harakaat a débuté depuis le 15 septembre 2022. Cette étape du Burkina Faso vient à la suite de celle réalisée au mois d’aout au Jebel Berkel à Karima au Soudan.

Pour Salia Sanou, ce spectacle sera d’une grande portée car elle réunira plusieurs pays qui vont partager une même scène et en même temps partager des expériences. Il ajoute que la parole artistique est importante en ce moment de crise raison pour laquelle, lui se réjouit d’avance de la tenue de ce spectacle.

« Le projet Harakaat va créer un spectacle que nous voulons émouvant, émotionnel parce que nous partageons les mêmes problématiques que l’Afrique traverse. C’est un projet a la dimension panafricaine parce qu’il y a des danseurs du Burkina, du Benin, du Togo, du Soudan, du Sénégal…ce projet est très intéressant », a-t-il confié.

Martin Pockrandt, directeur général du Goethe institut Burkina Faso, a expliqué qu’en plus, le projet donnera aux participants des matériaux corporels pour communiquer sur ce qu’ils veulent exactement. Il n’a pas manqué de préciser que cet accompagnement du Goethe institut répond à une de ses missions, qui est d’accompagner activement la culture.

Martin Pockrandt, directeur général du Goethe institut Burkina Faso
Martin Pockrandt, directeur général du Goethe institut Burkina Faso

« Nous sommes un centre culturel allemand et pour nous c’est toujours un objectif de travailler avec les artistes locaux. Cela peut être dans la danse, la littérature, le slam, la musique le théâtre… la danse au Burkina Faso ici est très importante. Avec notre partenaire le Centre de Developpemnt Chorégraphique (CDC) nous travaillons ensemble depuis longtemps. C’est une histoire, c’est un partenariat, c’est une amitié et c’est pour cela que nous sommes actifs sur ce projet » a développé le directeur général du Goethe institut Burkina Faso.

Il est important de préciser que ce projet favorisera la rénovation de la cuvette du théâtre populaire Désiré Bonogo situé dans l’enceinte du CDC la termitière. Cet espace d’environ 2500 places qui sera réhabilité accueillera les travaux et les festivités du projet Harakaat. La grande clôture du projet sera l’organisation d’une performance finale et d’un concert qui aura lieu le 26 novembre 2022 avec des artistes locaux comme Hawa Boussim.

Flora KARAMBIRI

Burkina 24

❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page