Défense de la patrie : « Les chefs de partis doivent être des chefs de guerre pour aller au front » (Me Bénéwendé Sankara)

publicite

Vêtu aux couleurs de l’armée, dossier en mains, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, accompagné de camarades militants de l’UNIR/MPS notamment, vient de se faire enrôler au sein des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), ce jeudi 17 novembre 2022 au gouvernorat de la région du Centre à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Ce 17 novembre marque l’avant-dernière journée avant la clôture officielle de l’enrôlement des populations civiles au sein de la Brigade de veille patriotique (BVDP), désormais rattachée à l’état-major général des armées.

« Je pense que les nouvelles autorités m’ont convaincu. Parce qu’il y a des actes forts qui ont été posés par le capitaine Ibrahim Traoré, il faut le reconnaître. Et moi, ça m’a donné plus de confiance de m’enrôler », a déclaré l’avocat Président du parti politique UNIR/MPS.

Et d’ajouter : « C’est également (sacrifice financier du Capitaine, NDLR) la preuve qu’au sommet de l’Etat, il y a des actes forts qui devraient nous interpeller. Donc, il faut l’encourager dans ce sens et c’est pour cela que j’engage l’UNIR/MPS dans ce combat ».

« Ma tenue, je l’ai confectionnée après le drame d’Inata… C’est un engagement citoyen, personnel qui m’emmène justement à dire, aussi bien les militants du parti que les autres citoyens doivent véritablement se mobiliser pour la patrie », a-t-il confié.

Me Bénéwendé SANKARA
Me Bénéwendé SANKARA

Il a réagi que son enrôlement en tant que VDP n’est pas du populisme. « C’est un engagement patriotique. Ce n’est pas du populisme. J’ai été moi-même CDR sous la révolution. Aujourd’hui, je suis VDP pour défendre la patrie. Et cet engagement s’inscrit en droite ligne des idéaux de l’UNIR/MPS, qui fait du slogan « la patrie ou la mort » une réalité.

C’est aussi une occasion de rappeler que la loi portant VDP a été votée quand j’étais à l’Assemblée nationale. L’opposition comme la majorité avaient voté cette loi. Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, les chefs de partis doivent être des chefs de guerre pour aller au front. Moi, je suis prêt avec mes militants pour défendre le Burkina Faso », a affirmé Me Bénéwendé Sankara.

publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page