Suspension des programmes de Radio Oméga : Une « décision aussi grave qu’inédite », selon les Organisations professionnelles des médias (OPM)

publicite

Ceci est une déclaration des Organisations professionnelles des médias (OPM) sur la suspension des programmes de Radio Oméga. 

Les Organisations professionnelles des médias (OPM) ont appris avec stupéfaction la décision de suspension « jusqu’à nouvel ordre » de la Radio Oméga FM.

La suite après cette publicité

C’est à travers un communiqué signé de son porte-parole M. Jean Emmanuel Ouédraogo, que le gouvernement burkinabè a pris cette décision aussi grave qu’inédite ce 10 août 2023.

Le gouvernement sanctionne Omega pour avoir donné la parole à M. Ousmane Abdoul Moumouni, se réclamant porte-parole du Conseil de la résistance pour la République (CRR) au Niger. Le gouvernement cite, entre autres griefs contre la radio, la violation des règles d’éthique et de déontologie et le reniement de sa responsabilité en tant que média. Le gouvernement dit au final suspendre les programmes de la radio Oméga « au nom de l’intérêt supérieur de la Nation ».

Nous, Organisations professionnelles des médias, réunies le 11 août 2023 à Ouagadougou, condamnons fermement cette énième intrusion du gouvernement de Transition dans la régulation des médias. Le gouvernement s’est ainsi substitué au régulateur qu’est le Conseil supérieur de la Communication (CSC).

Cette suspension de Radio Oméga est à tout point de vue illégale. Loin de toutes considérations professionnelles, cette suspension est politique. Le gouvernement n’a aucune compétence pour connaître du respect ou non des règles d’éthique et de déontologie dans un média.

Cela relève des attributions du CSC, conformément à la loi organique N° 004-2018/AN du 22 mars 2018 portant modification de la loi organique N° 015-2013/AN du 14 mai 2013, portant attribution, composition, organisation et fonctionnement du Conseil supérieur de la communication (CSC). Du reste, le CSC s’était saisi déjà de la question sur interpellation du gouvernement d’ailleurs et s’apprêtait à l’examiner lorsque le même gouvernement est passé outre pour prendre cette décision totalement irrégulière.

En tout état de cause, si le gouvernement a un problème avec un média, qu’il saisisse l’Observatoire burkinabè des médias (OBM), le CSC ou le juge. Dans le cas échéant, ce ne serait que de l’arbitraire.

Cette suspension de fait de Radio Oméga n’est pas une première. RFI et France 24 ont été tout autant victimes de la régulation politique du gouvernement du MPSR 2. Par ces actes, le gouvernement contribue à mettre en péril le droit du public à l’information et sape la crédibilité d’une institution comme le CSC.

Par ce fait, il viole la Constitution du Burkina Faso que le Président de Transition, le Capitaine Ibrahim Traoré, a pourtant juré de défendre. En effet, le droit à l’information (article 8 de la Constitution) et le CSC (article 160.3 de la Constitution) font partie intégrante de notre loi fondamentale et aucune autorité ne devrait se permettre d’y porter atteinte, ou alors nous sommes en face d’un parjure.

L’histoire récente du Burkina Faso montre que les droits comme celui à l’information, la liberté d’expression et de presse, ont été arrachés de haute lutte. De même, le niveau de crédibilité d’une institution telle que le CSC, a été obtenu au prix d’énormes sacrifices de l’ensemble de notre peuple. L’histoire enseigne également que le peuple burkinabè s’est toujours mobilisé pour défendre ses acquis et il en sera toujours ainsi.

Au nom du droit du public à l’information en temps de paix comme en temps de crise, nous, Organisations professionnelles des médias (OPM), signataires de la présente déclaration, constatant que cette suspension est irrégulière et illégale :

condamnons la suspension de Radio Oméga ;
exigeons du gouvernement la levée immédiate et sans conditions de cette suspension ;
apportons notre soutien au groupe Oméga Médias ;
invitons le gouvernement à inscrire désormais ses actions dans la légalité ;
encourageons les journalistes et les médias à continuer sereinement leur travail avec professionnalisme et abnégation en dépit des pressions et des intimidations ;
appelons les hommes et femmes de médias ainsi que les organes de presse à rester solidaires, mobilisés et à l’écoute pour tout mot d’ordre que commanderait l’évolution de la situation ;
invitons les défenseurs des droits humains, de la liberté d’expression et de la presse, ainsi que les démocrates, à s’opposer à cette forfaiture en vue de préserver les acquis démocratiques arrachés au prix d’énormes sacrifices ;
interpellons le CSC à jouer son rôle régalien de régulationen assumant pleinement son autorité. 
Fait à Ouagadougou, le 11 août 2023
Pour le CNP-NZ,

Le Président

Siriki Dramé

Pour l’AJB,

Le Président

Guézouma Sanogo

Pour la SEP,

Le Président

Inoussa Ouédraogo

Pour le SYNATIC,

Le Secrétaire Général Adjoint

Aboubakar Sanfo

Pour Reporters du Faso,

Le Président

Moumouni Simporé

Pour l’AEPJLN,

Le Coordinateur

Evariste Zongo

Pour l’AEPML,

Le Président et PD / Le Secrétaire Général

Amidou Kabré

Pour l’APAC,

La Présidente de la transition

Bénédicte Sawadogo

Pour l’AMC

André Eugène Ilboudo

Pour l’UBESTV,

Le Président

Ismaël Ouédraogo

Pour l’UNALFA,

Le Président

Lamoussa Jean-Baptiste Sawadogo

Pour l’OBM,

Le Président

Hamado Ouangraoua

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Un commentaire

  1. BRAVO, une organisation burkinabé confirme qu’Ibrahim Traoré n’est qu’un petit DICTATEUR …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page