« La dépigmentation est un poison » (Yasmine Kamena)

publicite

Engagée dans la lutte contre la dépigmentation, l’association Diamant noir a tenu une conférence de sensibilisation au profit de la jeunesse estudiantine le samedi 21 octobre 2023 à l’université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

Sous le thème « Dépigmentation volontaire : Effet de mode mais un réel problème de santé publique », les conférenciers ont abordé les causes de la dépigmentation, ses conséquences sur la santé et proposé des solutions pour juguler le phénomène. La dépigmentation, en passe de devenir une tendance de mode, pose un véritable problème de santé publique actuellement, selon les conférenciers.

« Le phénomène de la dépigmentation tire sa cause d’un complexe, beaucoup de femmes s’adonnent à la dépigmentation parce qu’elles veulent se sentir belles et convoitées de la gente masculine », a souligné Awa Traoré, dermatologue et vénérologue avant d’ajouter que 45% de femmes à Ouagadougou et 50% à Bobo-Dioulasso pratiquent la dépigmentation, selon une étude faite par des dermatologues en 2005.

Awa Traoré, dermatologue et vénérologue (au milieu) , la marraine de l’évènement, Yasmine Kamena( à sa gauche) et Camille Djelika Zoungrana, présidente de l’association Diamant noir( à sa droite) 

Pourtant, dit-elle, la dépigmentation a des conséquences sur la santé, telles que les cancers cutanés, les acnés et bien d’autres complications. Même s’il est difficile d’y remédier du fait de la longueur du processus de réparation en fonction de la gravité de la pathologie, il existe néanmoins « des produits cosmétiques naturels qui peuvent permettre à ceux qui désirent arrêter de recouvrer leur teint initial ».

En outre, l’un des messages clés véhiculés lors de cette conférence, c’est la valorisation de la peau naturelle en tant qu’identité culturelle. Les participants ont été encouragés à être fiers de leur peau noire et à s’engager dans la lutte contre la dépigmentation.

Des produits naturels exposés lors de la conférence

Selon Camille Djelika Zoungrana, présidente de l’association Diamant noir, cette conférence se veut un cadre d’éveil de conscience de la population du Burkina Faso sur les méfaits de la dépigmentation. Pour la marraine de l’évènement, Yasmine Kamena, le combat que mène l’association Diamant noir est noble, « la dépigmentation est un poison », a-t-elle déclaré.

Au sortir de cette conférence, les organisateurs se réjouissent de la mobilisation et espèrent que les participants véhiculeront le message pour une « lutte plus efficiente » contre le fléau de la dépigmentation.

Amidou OUEDRAOGO et Abdel BARRO (stagiaires) 

Burkina 24 

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page