Procès charbon fin : Le parquet veut les données statistiques de l’exportation des cargaisons en 2015 et en 2016

publicite

Le procès du Ministère public contre la société Essakane IAM Gold dans l’affaire Charbon fin s’est poursuivi ce mardi 28 novembre 2023 au Tribunal de grande instance de Ouagadougou (TGI Ouaga 1). Les échanges ont porté essentiellement sur les quantités des cargaisons exportées par la société Essakane dans les années 2015 et 2016. 

La suite après cette publicité

La société Essakane est poursuivie pour présomption de fraude en matière de commercialisation d’or. Le parquet a cherché à avoir les données statistiques de l’exportation des cargaisons de charbon fin en 2015 et en 2016.

Blandine Kaboré, représente pays de Essakane, a expliqué qu’en 2015 c’est 399 059 kg et en 2016 c’est 281 234 kg qui ont été exportés. Le parquet a estimé que la quantité demandée à exporter est différente de celle exportée effectivement. A écouter le parquet, la mine a affirmé avoir exporté plus de 339 tonnes et le transporteur Bolloré a déclaré avoir transporté plus de 630 tonnes en 2015.

Lire aussi 👉🏿Procès charbon fin : Les rapports des différents experts en discussion 

Blandine Kaboré a affirmé que ce sont des estimations et qu’à la fin du processus l’écart sera rattrapé. « Ce qui nous intéresse c’est ce qui est sorti comme or et ce que le raffineur trouve comme or. L’écart est rattrapé à la fin du processus avec une conciliation« , a-t-elle indiqué. Elle précisé que le schéma du traitement du charbon fin est bien connu de l’administration publique.  

Pour le parquet, le hiatus entre les chiffres déclarés et le poids transporté sont « des indices de fraude ». Un expert douanier a fait une présentation sur les différentes exportations de charbon fin à la période de 2015, 2016 et 2018. Selon lui, Essakane a estimé un besoin d’exporter le charbon fin dans l’optique de financer l’installation d’un incinérateur. Il a précisé une incohérence des chiffres déclarés par Essakane et le poids effectif transporté.

Également, il a relevé une différence totale de 26 tonnes à savoir 281 234 tonnes déclarés par Essakane et 308 930 tonnes transportés par le groupe Bolloré et c’est 281 234 kg qui ont été déclarés en douanes. Il a ajouté que le 23 décembre 2016, il y a eu une expédition de 8 tonnes de minerais sous forme d’échantillons.

L’expert douanier a laissé entendre qu’en 2016, c’est une incidence de 3,3 milliards FCFA sur la différence des chiffres. Il a souligné que la seule exportation de 2015 suffisait pour le financement de l’incinérateur. L’audience se poursuit.

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page