Attaque de Djibo : Le gouvernement burkinabè proteste contre un communiqué du Bureau des droits de l’Homme des Nations Unies

publicite

L’exécutif burkinabè représenté par les ministres en charge de la Justice, la Sécurité et la Coopération régionale, a rencontré ce jeudi 30 novembre 2023, la représentante du Haut-commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, accréditée auprès du Burkina Faso, madame Zeinab Hamza DIABY. 

La suite après cette publicité

Cette rencontre intervient à la suite d’une publication du porte-parole du Bureau des Droits de l’Homme des Nations Unies, Monsieur Seif MAGANGO depuis Nairobi au Kenya. Ce communiqué publié le 29 novembre et axé sur les attaques récentes à Djibo « fait une assimilation entre les terroristes qui endeuillent le pays avec un sujet de droit international » regrette le ministre délégué à la Coopération régionale Monsieur Karamoko Jean Marie TRAORE.

Le gouvernement estime que en tant que « Etat parti » il n’était pas indiqué d’assimiler le Burkina Faso au même titre que les terroristes. D’où cette convocation de la représentante pays de cet organe de l’ONU pour exprimer « tout notre regret par rapport à ce communiqué et invité le bureau des Nations Unies à plus d’égard et à accorder le moins d’espace possible aux terroristes » a ajouté Monsieur le ministre Karamoko Jean Marie TRAORE.

Le gouvernement rejette avec véhémence toute assimilation susceptible d’accorder un quelconque espace aux ennemis de la paix et de la liberté. Mieux, le contexte de ce communiqué n’est pas favorable, a lancé de son coté le ministre en charge de la Justice, car soutient Edasso Rodrigue BAYALA, « au moment où l’attaque de Djibo a été ripostée vaillamment et pendant que le gouvernement n’a pas encore communiqué officiellement sur ces événements que nous aillons un communiqué de quelqu’un qui se trouve loin du pays et qui fait un bilan ».

Par ailleurs, le Burkina Faso s’est doté d’un dispositif institutionnel et juridique à savoir le pole judiciaire antiterroriste pour juger les auteurs d’actes terroristes. Par conséquent, il n’est pas question d’invoquer sur ce sujet l’applicabilité du droit international humanitaire dans le contexte du Burkina Faso, a rappelé le Garde des seaux à la représentante pays du Haut-commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, accréditée auprès du Burkina Faso.

Source : DCRP/MAECR-BE

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Avant dernière ligne …
    J’adore le Garde des « seaux » … pourquoi pas le garde des cruches tant qu’on y est?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page