Lutte contre le SIDA : Il faut « renforcer la prise en charge médicale en accélérant l’application du décret portant gratuité des examens de suivi biologique » (Sandrine Nanga)

publicite

Le Burkina Faso a célébré en différé la journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA ce samedi 2 décembre 2023 au sein du Secrétariat permanent du conseil national de lutte contre le SIDA et les IST (SP CNLS IST). 

La suite après cette publicité

« Renforcer le leadership communautaire pour mettre fin au SIDA » tel est le thème retenu pour célébrer la journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA au Burkina Faso. Cette journée vise à mieux impliquer davantage la population dans la lutte contre cette maladie. À en croire Dr Robert Kargougou, ministre en charge de la santé, le pays a enregistré des progrès salutaires dans la lutte contre le SIDA.

Des défis restent cependant à surmonter. Il s’agit entre autres, selon le ministre en charge de la santé, de poursuivre les activités de sensibilisation sur le VIH dans le contexte sécuritaire et humanitaire en mettant l’accent sur les couches vulnérables telles que les personnes déplacées internes, les jeunes et les adolescents.

Robert Kargougou, ministre en charge de la santé

C’est pourquoi dit-il, dans le but de vaincre la maladie à l’orée 2030, il faut « mettre la communauté au cœur de l’action. Le leadership et l’engagement de la société civile sont indispensables pour une riposte efficace contre le VIH/SIDA notamment quand il s’agit de fournir des informations, des services, une protection sociale et de l’espoir aux personnes infectées et affectées par le VIH ». Toutefois, il a exhorté l’ensemble des acteurs dans la lutte contre le SIDA à plus de synergie afin de vaincre la maladie à l’orée 2030.

« Il nous faut impérativement organiser l’offre de service et perfectionner les outils et les méthodes de travail ainsi que la mobilisation des ressources qui nous permettront à coup sûr d’atteindre les résultats qui feront du Burkina Faso une référence en matière de lutte contre le VIH/SIDA », a-t-il souligné.

En outre, à l’occasion de la commémoration de la journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA, 15 acteurs du domaine ont été faits chevaliers pour certains et officiers de l’ordre de l’Étalons pour d’autres pour leurs efforts contre cette maladie.

Tout en saluant les efforts dans la lutte contre le VIH/SIDA, les associations des jeunes et adolescents vivants avec le VIH par la voix de Sandrine Nanga, ont interpellé les différents acteurs du domaine à plus de synergie dans cette lutte afin d’améliorer leurs conditions de vie.

Il faut « lever les dispositions discriminatoires qui pourraient empêcher l’obtention de certains emplois par les personnes vivant avec le VIH ; accentuer l’accompagnement à la formation au profit des jeunes et adolescents infectés par le VIH ; renforcer la prise en charge médicale en accélérant l’application du décret portant gratuité des examens de suivi biologique ; renforcer les capacités des acteurs de la chaine de la prise en charge médicale pour une meilleure préparation de la transition dans les soins entre les files actives pédiatriques et adultes », a suggéré Sandrine Nanga, représentante des associations des jeunes et adolescents vivant avec le VIH.

Sandrine Nanga, représentante des associations des jeunes et adolescents vivants avec le VIH.

Djemal Saddam El Abdallah SIBA

Burkina 24 

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page