« Nos voix pour la paix » à Bobo : «Vous êtes des piliers de ce pays pour la jeunesse» (Chef Suprême des Bobos Mandarè)

publicite

C’en est fini pour le projet de la promotion du vivre ensemble à travers la musique porté par la cour du Naaba. La dernière étape, cap 8, a battu son plein dans la ville de Bobo-Dioulasso dans la nuit du samedi 9 décembre 2023. Plusieurs artistes du collectif, et bien d’autres ont secoué la jeunesse de Sya à travers leurs voix et leurs différents messages sur la paix et la cohésion sociale.

La suite après cette publicité

Depuis le 28 octobre 2023, la caravane, Nos voix pour la paix sillonnait des villes du Burkina pour partager le vivre ensemble. Le samedi 9 décembre 2023, cette caravane a baissé les rideaux de sa tournée musicale et sociale, dans la capitale économique du Burkina Faso, Bobo-Dioulasso.

Une apothéose qui a été riche en partage d’expériences avec la jeunesse de la ville, une rencontre avec le Chef Suprême des Bobos Mandarè. Celui-ci a salué l’initiative et donné sa bénédiction au collectif. « Vous êtes des piliers de ce pays pour la jeunesse. Merci pour tout ce que vous faites pour la paix et que Dieu vous aide et vous protège à tout moment », ont été les mots du chef de Canton.

Pour Alif Naaba, Bobo-Dioulasso est une ville riche en diversités culturelles et c’est d’ailleurs pourquoi la caravane a décidé de boucler le tour dans cette localité. « C’est un projet culturel et humain qui voulait à la base insuffler une dynamique de paix dans notre pays. C’est un grand bilan, un bilan satisfaisant. Vous avez les jeunes qui ont répondu présents à toutes les étapes. Ce sont des millions de jeunes qui ont reçu ces messages», a-t-il dit.

Nos Voix pour la paix, c’est plus de 2.214 KM de routes parcourues en près de deux mois de tournée. C’est également 120.000 spectateurs touchés avec une cinquantaine d’artistes programmés. A côté, il y a aussi des activités de solidarité notamment des dons à des couches vulnérables et des communions autour du ballon rond.

Toutes ces activités ont pour autre objectif, selon Alif Naaba, de montrer aux yeux du monde que le Burkina Faso reste une contrée fréquentable. « C’est de montrer aux gens, au monde qu’on peut aller à Kaya, on peut aller à Ouahigouya, on peut aller à Pô. Mes remerciements aux autorités traditionnelles, toutes les autorités qui ont épousé l’idée », a ajouté le promoteur.

C’est donc fini pour ce projet. Le promoteur a donné rendez-vous pour d’autres défis à relever dans le pays toujours avec les mêmes objectifs : promouvoir le vivre ensemble.

Abdoul Gani BBARRY

Burkina 24

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page