Syrie: Premier face à face entre Assad et Annan

L’ancien Secrétaire général des Nations unies Kofi Annan a entrepris une mission hier en Syrie. Prévue pour être périlleuse, cette sortie de l’émissaire international n’a pas accouché d’un accord mettant fin aux violences sur les civiles et les bastions de contestation. Malgré tout, le Ghanéen garde espoir. Il se dit très optimiste quand à la résolution de cette crise.

La suite après cette publicité

Avant de quitter la Syrie, l’émissaire des Nations unies Kofi Annan a présenté a au président Bachar al-Assad une « série de propositions concrètes » qui vise à arrêter le bain de sang dans le pays. Mais, sur le terrain, les violences ont fait plus de 150 morts en deux jours. Néanmoins, Kofi Annan n’entend pas baisser les bras. Il a déclaré devant les journalistes que « la situation est si mauvaise et dangereuse qu’on ne peut pas se permettre d’échouer ». Selon lui, les propositions qu’il a faites « auraient un impact réel sur le terrain ». Plus concrètement, Annan a déclaré que « le seul moyen d’avancer, c’est de faire des compromis et des concessions. Il faut arrêter les meurtres, la misère et les abus commis aujourd’hui, puis donner du temps au règlement politique ». A côté de cette analyse, Il a avancé qu’il était impossible de « résister longtemps au vent de changement qui souffle actuellement sur la Syrie ». Le départ d’Assad est certainement au centre de ses propositions. Reste à savoir si lui et son camp voient les choses de la même façon.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page