2e édition JPEX : « L’Afrique est sous explorée et sera l’avenir »

0 2

Journée Parcours d'EXcellence (JPEX)L’Association des Cadres et Cadres en devenir burkinabè résidents en France (LACEB) a organisé les 6 et 7 décembre 2013, la deuxième édition de sa Journée parcours d’excellence (JPEX) consacrée à la promotion socio-professionnelle, au partage d’expériences et d’opportunités d’emploi.

Sous le parrainage de l’ambassadeur S.E.M Eric TIARE, représenté par le 2nd conseiller de l’ambassade  Boureima KY, la salle polyvalente de l’ambassade du Burkina à Paris a accueilli les intervenants et participants à cette JPEX dont le thème a porté sur « Emploi et Investissement en Afrique: Les perspectives d’un développement durable ».

Les échanges ont été introduits par les mots de bienvenue du président de LACEB, Sékou OUEDRAOGO, Ingénieur polytechnicien travaillant dans le domaine de l’aéronautique et le président du comité d’organisation Yambuliya Ousmane DIPAMA, chirurgien-dentiste, intervenant dans une ONG de développement.

Ils ont tout d’abord rendu hommage au Président Nelson Mandela qui des dires de M. DIPAMA « n’a pas eu un parcours d’excellence mais un parcours d’exception » et de ce fait, représente un modèle d’excellence que tente de promouvoir la JPEX.

Le premier temps fort de cette journée a été la projection du film poignant « Paris, mon paradis » suivi d’un débat avec la réalisatrice burkinabé Eléonore YAMEOGO, relatant les conditions de vie difficiles des immigrés africains sans papiers à Paris.

Journée Parcours d'EXcellence (JPEX)Les participants ont ensuite suivi avec grand intérêt l’analyse du contexte et des opportunités d’investissement en Afrique faite par M. Michel COURCELLES, expert consultant et enseignant à Science Po Paris.

Il a fait un état des lieux sans complaisance de la situation économique de l’Afrique avec des indicateurs de croissance globalement bon (5,3% de croissance en 2014 selon la BAD) mais jalonnée par des obstacles au nombre desquels on peut citer : l’insuffisance en quantité et qualité de la ressource humaine (seulement 83 ingénieurs pour 1million en Afrique), l’inadéquation des emplois et des formations proposées (on forme des diplômés chômeurs), la difficulté des échanges (infrastructures, cadre légal des affaires, etc.).

Terminant sur une note d’espoir, M. COURCELLES souligne qu’il y a déjà des efforts d’amélioration mais « le vrai changement arrive et sera dû à l’appropriation de l’Afrique par les Africains. »

A la suite de cette analyse du contexte, les discussions ont porté sur 4 secteurs porteurs en Afrique qui ont été identifiés : Banque et Finance, Télécom, Mine et Agro-buisness.

Des intervenants de haut vol ont exposé brillamment leurs points de vue concernant les potentialités d’investissement et de création d’emplois.

Journée Parcours d'EXcellence (JPEX)

 

Dans le domaine agricole par exemple, Mme Kathleen CHARLES, Directrice de l’International Agribusiness Finance and Investment, pense que l’amélioration de la chaîne de valeurs de l’agriculture passera par une meilleure connaissance des conditions de stockage et de commercialisation.

En ce qui concerne les télécoms, l’essor des « Big Data » (ndlr : masse de données disponibles sur le web également appelés datamasse en référence à la biomasse) permettra de relancer le secteur des télécommunications et serait pourvoyeuse d’emplois à venir.

Journée Parcours d'EXcellence (JPEX)

Cette journée s’est poursuivie avec deux tables rondes portant respectivement sur les thèmes « secteur privé et auto emploi : quel tremplin ? » et «Comment mettre ses compétences au profit du développement en Afrique ».

La Jpex 2013 a été conclue par Mme Rasmata BAKYONO, Conseillère culturelle de l’ambassade, qui à travers une  synthèse de cette journée a remercié et encouragé LACEB pour son initiative en citant le Pr KI-ZERBO ; « chaque génération a ses pyramides à construire ».

Elle reste optimiste au vue des échanges car « l’Afrique est sous explorée et sera l’avenir, l’heure est donc à la mobilisation de la diaspora pour le développement de l’Afrique. »

 HDLC, Correspondant  Burkina 24

Hubert DeLorenzo COMPAORE

Correspondant de Burkina 24 en France

Il y a 2 commentaires

  1. impossible de le dire qel sera la alors la place du fils devant son pere je dit fort et haut que JESUS est un disciple de DIEU il ne peu en aucun cas prendre la place de DIEU ses comme si c’etait de demander a un fils quel est la place de ton pere pour toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre