Avant-projet de charte de la transition : L’armée propose de supprimer certains organes

Les présidents du Togo et du Sénégal, dans le cadre de la facilitation de la transition au Burkina,  rencontrent depuis l’après-midi de ce 11 novembre 2014 les différentes composantes de la société burkinabè à l’Hôtel Laïco à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Article mis à jour avec Justin YARGA et Noufou KINDO

C’est ainsi qu’ils ont reçu les représentants de l’opposition politique et de la société civile. A l’issue de la rencontre, Zéphirin Diabré, Chef de file de l’opposition politique, a indiqué à la presse que les deux présidents ont assuré de leur soutien au Burkina.

Ils ont dit aussi être venus pour transmettre à l’opposition, à la société civile et aux autorités coutumières, les observations de l’armée sur l’avant projet de la charte de la transition.

Le Pr Luc Marius Ibriga, membre de la société civile, a expliqué que l’armée a proposé de supprimer certains organes en vue d’alléger la machine de la transition, dont la durée n’excédera  d’ailleurs pas un an.

« Ce sont des amendements, puisqu’ils sont partis de notre charte (voir Avant Projet de la charte de la transition ) dont on retrouve beaucoup d’éléments. Ils ont considéré que certains organes que nous avions proposés, (…) ils trouvent que c’est lourd pour une transition d’un an et que il faut simplifier et alléger pour pouvoir aller a la transition », explique Ibriga.

C’est ainsi que le lieutenant-colonel Zida et ses « frères d’armes » ont proposé que l’Assemblée nationale de la transition soit supprimée au profit d’un Conseil national de la transition. Ce dernier aura un statut consultatif et sera dirigé par un militaire.

« On trouvera toujours une solution »

« Il y a des différences dans la mesure où la charte proposée par les autorités militaires ne prévoit pas une assemblée nationale de transition mais un conseil national de transition qui aurait simplement un caractère consultatif. Les organes que nous avions mis en place, le conseil national de la défense est supprimé de même que les structure que nous avons mis, notamment la commission de réconciliation nationale et des reformes », explique Ibriga.

Selon les propositions de l’armée, le président du conseil national de transition serait un militaire, mais le Président de la transition et le Premier ministre de la transition demeurent des civils.

→ Lire aussi : Les contre-propositions de l’armée suscitent la méfiance de la société civile

Zéphirin Diabré est convaincu que cela devrait en principe accélérer le processus de transition. Selon lui,  « rien ne met fondamentalement en cause les principales grandes lignes » de l’avant-projet de charte de la transition. Ablassé Ouédraogo ajoute « qu’on peut trouver un terrain d’entente pour sortir très rapidement le Burkina de cette situation ». « Nous pensons qu’on trouvera toujours une solution », est également convaincu le Pr Ibriga.

Diabré a informé que l’ensemble des composantes (partis politiques, société civile et autorités coutumières et religieuses)  allaient se réunir ce mercredi 12 novembre 2014 afin d’étudier ces propositions.


Photo : L’opposition et le lieutenant-colonel Isaac Zida, à l’issue d’une audience le 6 novembre 2014 au Conseil économique et social (© Burkina24)

publicite


publicite

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

119 commentaires

  1. Tout des valeur je les fait mm ps confiance . Si ils veux vraiment le d?veloppement du pays tout les milliard que ils on vol? depuis ces Anne que il r? mettre au peuple .Les rock les salif les Simon . Y a bien d autre ar?te de nous prend pour du zabon .

  2. On ne ps vraiment besoin de tout ces personnes la . Mm les rock ils fout koi encore devant les gens. Tout ces encien gens de l assable on veux plu les voir. Ils dois laisse les places au jeune

  3. Le pr?sent locataire du CES et ses amis semblent avoir pris go?t aux joutes de palais puisk d?j? sous Blaise bcp parmi eux ?taient plus ou moins proches du clan et des magouilles…plus que hier ils st ojodhui les hmes forts du pays ….ils man?uvrent pr faire inclure des mots et paragraphent pr se proteger et manipuler o besoin la gestion de la transition

  4. Le peuple na plu besoin des militaires a la tete des institutions,on nai fatiker de vous,sa devien un partaze deritaze ou kwa,rentrer dan vos carzene et sai tou

  5. il veut le pouvoir c’est le pion que la france veut imposer restez mobiliser sinon la revolution n’aura pas de sens

  6. sinc?rement on ne doit pas faire table rase du pass? .des individus ont pos? des actes durant leur p?riode de gestion du pouvoir .le peuple burkinabe a ?t? meurtri dans sa chair et dans son ame .il ya eu des r?glements de compte
    il faudra d'abord solder ce passif avant de parler de reconciliation on ne peut supprimer cette commission si nous voulons une v?ritable reconciliation nationale personne n'est au dessus des lois de la r?publique

  7. de quel r?conciliation s agit t il du moment ou il n est fait mention d aucune v?rit? ni de justice.la partie de la soci?t? civile est en train de perdre le m?rite du soul?vement populaire et de la r?volution qui veut qu il n y est aucune piti? pour tout esclave (l ex majorit? adf …)qui n est pas capable d assumer sa r?volte.IL FAUT QU IL Y EST LA VERITE et que les coupables d atrocit?s soient punis dans un but ?ducative et p?dagogique a meme de donner au terme r?conciliation la pl?nitude de son sens.

  8. le pardon oui mais que devient ces militaire et policier revoqu? de leur fonction apres la crise de 2011(laquel a ete salu? par l'ex gouvernement)?ces dernier on plusieur fois demander pardon a ces MONSIEURS qui n'ont pas su le leur accord? et aujourd'hui vous voulez que l'ont les pardonnent!ces pas facile.le peuple ils (les revoqu?s) on demander pardon au peuple et meme les chef religieux et coutumier sans succes car ces gens ne connaissent pas le PARDON

  9. Aucune t?te par mis celle-ci ne lutte pour le peuple, chacun ne convoite qu’un poste.? part les intellectuel abr?g? et les apprentis politiques peuvent attach? leur confiance a eux.on a les dossiers historiques de chacun.l’Etat Burkinab? est loin d’une association. Donc trouver nous quelqu’un de comp?tent.

  10. Je vous assure que mm dieu le pere m en sera temoins. Ca commencer par: je gouverne jusqu a une transition possible Oui! Je reglemente la situation en quelque mot: je balais la maison. Phrase qui ne nous somme pas etrangere. Pour finir il n y aura plus dexplication possible, le pays est a nouvo ds un blem, pire que le premier.preparer vous le doute est loins d exclure la confiance. Il est de notre devoir de rester sur nos garde surtout quant le chat devient un savant et veut donner des lecons a la sourie. Reflexissez bien et dit moi Oui est zida?

  11. Un pardon avant la v?rit? ,la justice ne peut ?tre sinc?re .
    V?rit? -justice – r?conciliation ,est un sch?ma iincontournable

  12. L'arm?e veut duper le peuple. Vouloir supprimer l'assembl?e de transition et faire gouverner le pr?sident de la transition comment? par d?cret alors? Quel est le probl?me de l'arm?e avec l'assembl?e de transition? il nous parle d?all?gement c'est un faux probl?me l'?quipe disoute pesait combien sur le Buget si on prend seulement le RSP et le gouvernement de complaisance de TIAO. on leur demande d'envoyer 10 membres c'est tout. ZIDA ne connait pas comment fonctionne un ?tat ou Quoi?. Il faut ratifier les accords internationnaux qui engages le peuple Burkinab? qui va faire cela? Zida a t-il peur des 10 officiers qui iront si?g? la-bas parce que actuellement le pays est diriger par 4 hommes pas plus: GAL Gilbert-BLAISE-ZIDA-Francois compaor?….

  13. A r?pondre ? l'arrogeant par des propos arrogants, le deuxi?me arrogeant est le pire des arrogants. ?lites du CPOF et de la soci?t? civile, attention au syndrome CDP et de la dynastie Compaor

  14. L'arm?e est trop int?ress?e dans cette affaire.
    une commission de r?conciliation et de r?forme est quand m?me n?cessaire m?me si leurs recommandations ne seront prises en compte qu'? la fin de la transition. Et pourquoi veulent-ils diriger le conseil national de transition?

  15. Un pr?sident du conseil national de transition qu’ils veulent forc?ment militaire pour supplanter le pr?sident de transition. Attention ne r?p?tons pas les erreurs du pass?. Nous sommes assez grands et sachons tirer les le?ons du pass

  16. Personellement je suis d’ accord pour quon all?ge les organes de la transition. pas de souci ? ce niveau. mais il faut quon se dise la v?rit? quoi. l’ex majorit? et les militaires on en veut pas. vous savez nous sommes une nouvelle g?n?ration. nous voulons une d?mocratie vrai. l’ ex majorit? a perdu: bon debarras. les milo ce st dans les caserne, et cest fini. Merci de respecter nos aspirations ? un burkina nouveau.

  17. Scoop. Et si dans cet imbroglio, Compaore reprend la main via un retour en force militaire? 10 jours apr?s ca frise l’enlisement. Ne perdons pas de vu cet aspect. Conciliation et non exclusion des amis de compaore oblige. Suivez mon regard

  18. Avec autant de douceur et de respect mutuel. Toutes ces institutions et structures peuvent ensemble conduire la transition. Et comment ca a ?t? au Togo au lendemain de la conf?rence nationale? Cafouillage et exclusion. Guerre de clan et trahison. Dans l’unit? nous voulons et devrons te servir. Togo b?ni