Opinion – Synthèse sur la Transition au Burkina Faso

Un lecteur donne sa lecture sur les dernières évolutions de la transition au Burkina Faso.

« L’homme est né libre, et partout il est dans les fers. Tel se croit le maître des autres, qui ne laisse pas d’être plus esclave qu’eux. Comment ce changement s’est-t-il fait ? Je l’ignore. Qu’est-ce qui peut le rendre légitime ? Je crois pouvoir résoudre cette question. Si je ne considérais que la force, et l’effet qui en dérive, je dirais : tant qu’un peuple est contraint d’obéir, il fait bien ; sitôt qu’il peut secouer le joug, et qu’il le secoue, il fait encore mieux ; car recouvrant sa liberté par le même droit qui la lui a ravie, ou il est fondé à la reprendre, ou on ne l’était point à la lui ôter.

La suite après cette publicité

Mais l’ordre social est un droit sacré qui sert de base à tous les autres. Cependant ce droit ne vient point de la nature ; il est donc fondé sur des conventions. Il s’agit de savoir quelles sont ces conventions. Avant d’en venir là, je dois établir ce que je viens d’avancer.», J. Rousseau, Du contrat social, 1762 (livre 1, chapitre 1), Paris, coll. « Point Seuil », 1977, p. 172.

Je suis libre penseur (indépendant), mais d’idéologie libérale, cette précision pour dire que pour l’instant je ne détiens aucune carte de partis politique au Burkina Faso.

L’opposition et la société civile ont renié la responsabilité de l’insurrection, C’EST LES PREMIERS COUPABLES ! Pour rappel la politique est un univers d’affrontements, de compétitions et de luttes sans merci. Alors, faire la politique de l’autruche en attendant passivement un objectif (une élection) est une erreur fondamentale.

Nos politiciens sont des hommes intelligents, mais pas des stratèges. Ils ont préféré attendre une transition servie sur un plateau d’or.

Zida est resté indécis et nomme ses frères de cultes ! Et c’est à ce niveau que se pose le problème avec ses frères d’arme, et non un sabotage de la Transition. Le Burkina Faso est un Etat laïc sans influence religieuse. Pas comme certains pays, qui de par des coutumes le pouvoir revient toujours aux protestants.

ET vous, PEUPLE, êtes restez dans l’expectative et l’espérance! Sans moyens d’actions !

Ceux qui crient à tout vent qu’une critique à la Transition est un sabotage sont malhonnêtes : car ils voient comme vous et moi les réalités depuis le début ! Exemples: Sankara, Norbert Zongo, Brafaso, Villa et crédits CNSS, Guiro, déclaration des biens des acteurs de la transition, etc…

Pour ma part, mon avis (sur les conséquences d’une déception éventuelle du Peuple) est affiché sur le mur Facebook de [Zida « privé » et Président].

NOBLESSE et LOYAUTE, OUI ! Personne n’a demandé de rendre compte sur qui (ou quoi) a quitté le pays et comment ! Aucune procédure (officielle et connue) de justice enclenchée contre les anciens dignitaires. En observant, on se rend compte, que l’Exécutif est entré en TORPEUR, le Législatif reste aphone sur certaines questions!
Notre fraternité (générationnelle ou scolaire et académique) est d’une grande valeur, mais savoir évaluer des faits et actes (de façon patriotique) doit l’emporter !
A la première prise de température (SAGNON, mon grand frère pour qui j’ai du respect) le thermomètre a explosé !
Une « deuxième » (Guigemdé Transport) ! Interprète oui, mais aussi spécialiste en aéronautique, donc Conseil !
La troisième RSP
… ???

…. ???

Voici donc des cas qui font perdre l’Orientation, quant aux problèmes réels ! Pour ma part, c’est de L’OPIUM !

Résoudre le problème des NOMINATIONS est très simple et, si l’on considère l’exemple des USA, ne cause sujet à débat !
Le Sénat passe à la loupe toutes les nominations aux postes de hautes responsabilités.

Aux USA le Senat doit approuver la nomination de chaque membre du gouvernement, des juges fédéraux, des hauts fonctionnaires et des militaires.
La procédure consiste à des enquêtes sérieuses et détaillées sur la vie personnelle et professionnelle des candidats. Ensuite vient l’audition (si nécessaire), à la fois longue, approfondie et médiatisée, par une commission compétente.
Il est donc temps que nos systèmes pensent à introduire ces mécanismes de contrôles (a priori) dans notre mode de gouvernance !

Nous sommes souverains, certes, mais sachons faire honneur à notre « Révolution » et à la seule Nation (USA) qui a su lui donner de l’impulse, à travers un soutien officiel, à notre lutte !

RSP, ZIDA, Kafando. : Je disais dans un post que les noms ne doivent pas faire peur ! C’est les actes et faits que nous devons juger et gérer si besoin est !
Le Peuple n’en VOULAIT PAS à Blaise Compaoré, mais à un système (le LEVIATHAN : expression que j’utilise à guise) qui croyait le prendre en OTAGE ! C’était bien le contraire : le DETERMINISME et L’Histoire le confirment toujours!
5000 personnes (même armées avec des chars) ne peuvent prétendre asservir 17 000 000 autres ! Mais le RSP peut redistribuer les cartes, c’est là le piège qui rend Zida dépendant

Le RSP à mon avis n’a jamais mis en cause la Transition, mais sa gestion ! Pour qui connaît les règles du fonctionnement d’une armée. C’est facile à comprendre.

C’est la casquette militaire du Premier ministre qui a mis à nu ce problème qui devait se régler en caserne.

Mais, on sait aussi que dans un système où la séparation des pouvoirs n’est pas respectée, il n y à point de constitution valable, donc pas de démocratie ! Le Burkina sous transition est-il démocratique ?

Les militaires sont de vrais stratèges ! Philosopher n’est pas leur apanage

L’historique de la vie politique burkinabè nous démontre que sur 6 présidents (au Burkina) 5 étaient des militaires ; pas facile à concevoir, mais c’est une réalité ! Pour s’en défaire, ce ne sera pas facile.

Le général de Gaulle était militaire, mais tout de même un homme d’Etat et de synthèse (visionnaire) : voir ou lire son discours de Bayeux en 1946 et son retour pour la Constitution de la cinquième république qui perdure de nos jours. Un militaire est toujours en mission d’Etat : servir un système de par sa fonction (discipline oblige), mais un militaire peut de même être intègre et soumis au peuple. Seulement il faut le trouver, mais pas parmi les ennemis du peuple. Donc un militaire « propre » doit avoir les mêmes chances qu’un civil. « Un civil est toujours un militaire en permission ». Les présidents français et américains deviennent automatiquement des militaires, de par la constitution !

De Gaulle a été appelé par un président civil pour réécrire la Constitution de la 4em République ; plus proche de nous, même si pas brillants, Poutine et ATT du mali.

Quant à ZIDA il n’a pas été concret dans la rupture, et c’est la source de ses inquiétudes!

Il vient d’être déshabillé par les évènements derniers !

Un Compromis est toujours possible, mais pas dans la continuité! TOUJOURS « ECOUTER » LA REALITE DES SITUATIONS ET NON CEUX QUI SONT PAYES POUR LEURS [flatteuses] PAROLES

Ayant le peuple de son côté, il aurait dû être radical. Mais ses doutes, sur sa propre destinée et celle de la Nation, l’ont emporté. Sur sa page Facebook, j’ai écrit : trahir une personne (un système) vaut mieux que d’en faire autant contre 17 millions

J’avais évoqué la mise en place d’un contrepouvoir, qui ne pouvait qu’être bénéfique à Zida. Il allait ainsi pouvoir s’affranchir de ses « gourous» à travers ce comité de veille, mais que dalle !

Le CNT, après consultation des partis politiques (honnêtes), de la société civile et le comité de veille, pouvait voter une loi autorisant la France et les USA à installer une force militaire qui pourrait soutenir la Transition. Zida est aujourd’hui pris dans un piège, et surtout très fragilisé, du fait de ses hésitations !

Le gel des avoirs était aussi une grande arme, et tant qu’il n’aura pas lieu, l’issue reste incertaine. Le contrôle central et la direction de l’économie du régime précédent est toujours actif.

L’assurance d’une sortie pacifique certaine de cette transition, c’est une alliance entre l’UPC et le MPP. Ce n’est pas une prétention, qui laisse croire que l’issue ne sera pas pacifique : je parle bien d’assurance ! La société prétorienne sous laquelle on a vécu pendant 27 ans n’a pas permis l’émergence d’un leader qui puisse s’assurer une victoire nette à l’issue des élections de 2015. Le contrôle de la régularité des élections pourra être un obstacle à la paix.

Ce sera à nouveau un combat entre l’armée et les civils, et qui détient le pouvoir au moment des élections (en Afrique) a le plus souvent 51% des chances. Les stratèges savent de quoi je parle. Car les SYMBOLES sont très forts en POLITIQUE (modes expressions, lieux d’expression, mots, dates, etc…) : procédures d’édictions et adoptions d’une constitution (allusion à la Chartre), Nominations importantes et celles des ministres d’Etat !


« CHARTE », en MATIERE constitutionnelle, à une connotation royaliste (péjorative), en fait c’est un Octroi ; et on s’y sent obligé ! La main qui tend est plus haute que celle qui reçoit ! En fait une petite concession pour mieux rebondir, car le changement n’est que maquillage !
En exemples, la chartre octroyée par LOUIS XVIII (et non une Constitution) et idem pour la MAGNA CARTA (britannique) avaient pour objectifs de faire oublier les périodes révolutionnaires et donner une prépondérance au roi [Président des temps moderne] (personnage inviolable et sacré autour duquel s’organise tout le pouvoir). Je ne veux me lancer dans une conjecture, mais l’histoire à toujours raison !

L’esprit et la lettre des chartres se bornent à décrire une différence avec le régime précèdent.

. Une façon de contenir une révolution. Les moyens d’actions entre les organes (législatif, exécutif, judicaire) sont ignorés Ce n’est pas des lacunes, c’est juste de la stratégie !

Dites-nous pourquoi d’un coup, des révolutionnaires (Sy Cherif, Josephine Ouedraogo) sont devenus aphones !

Ne nous voilons pas la face ; constatez les faits (que je me garde d’évoquer)!

Une révolution traduit toujours une LOGIQUE (volonté) de nouveau départ, et des symboles forts doivent illustrer la Rupture. Quand cette logique n’est pas suivie, les problèmes ne seront que déplacés, mais existeront toujours (pour resurgir)
« ASPIRATION d’un Peuple» : expression très simple, mais qui se comprend difficilement !

Si tu veux coller une note en dessous de la moyenne à un président africain, c’est le meilleur des sujets !
Le « Printemps arabe » et celui « de la savane »(en gestation) nous le rappellent. Aussi,  la stratégie politique demande beaucoup de culture, et nos vrais opposants devraient s’y former davantage pour se forger des capacités d’anticipation…! : Quand on décrète un ETAT DE SIEGE ([auto coup- d Etat] comme l’a fait le Président Compaoré en lieu et place ETAT D’URGENCE) en temps de crise politique interne (donc pas d’agression armée ou extérieure), cela signifie que c’est l’armée (en concertation) ou ce qui en reste (cas du BF), quand elle n’est pas divisée, qui gouverne !

Ceux qui peuvent lire entre les lignes devraient déjà savoir la suite (DECISIONS importantes prises avant la démission et le départ de COMPAORE) ! On l’a levé, certes, cet état de siège, mais certaines de ses décisions et conventions étaient déjà là ! Exemples : le couvre-feu a duré combien de temps, quand bien même les rues étaient balayées (au sens propre) et pacifiques ! Pourquoi ? Gestion des frontières aériennes et terrestres ? Aucune procédure en cours pour faire répondre les anciens dignitaires, alors que nous savons qu’ils sont dans des pays voisins ou en France ?

En somme, la suite de la gestion du pays était déjà bouclée, avant le départ ; c’est ça faire de la politique !

La situation reste tout de même une victoire d’étape non négligeable !

Juste pour dire que l’Opposition et les OSC devaient déjà à l’annonce de l’état de siège savoir quelle décision prendre : accepter la réalité et les responsabilités de la Révolution ou la feuille de routes des militaires (les effets issus de l’état de siège avorté).
La Politique n’autorise aucune place à l’amateurisme et hait l’improvisation !

Chaque force sociale a ses moyens de pressions, et c’est la force la plus déterminée qui gagne toujours !

La société civile : les protestations et grèves

La corruption pour les riches

L’Armée par les coups d’Etat

Celle de l’armée est la plus concrète, mais pas la plus légitime

Je reviendrai sur le RSP, dans une prochaine publication !

WRoch Sanon

Berlin

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

2 commentaires

  1. je souhaiter tous militaires beaucoup du courages que dieu vous benisse monsieur zida avec ces camarates avais des mauvaises carculs dans leurs t?tes?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page