Centrafrique : MINUSCA et ex-Séléka s’affrontent

 Des combats ont opposé mardi les forces internationales en Centrafrique à des éléments armés de l’ex-rébellion Séléka à Bria, a rapporté la Bbc.

La suite après cette publicité

Situé à environ 600 kms dans le nord-est de la Centrafrique, la ville de Bria a été dans la matinée du mardi aux environs de 5h30, la scène de violents affrontements entre les forces internationales de la MINUSCA et les soldats de l’ex-séléka.

La Minusca venait d’attaquer les positions des combattants Séléka du Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC).

Selon la Bbc, il serait difficile de donner un bilan précis malgré la rare intensité des combats. Ainsi, les forces de maintien de la paix de l’ONU (Minusca), appuyées par la force française de la Sangaris ont opéré des frappes aériennes de grande envergure visant les sites occupés par ces ex-combattants.

Au niveau de l’Etat-major du Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC),  l’on parle d’au moins 6 morts et des blessés dans ses rangs.

Le général Arda Hakouna autoproclamé Chef d’Etat-major de la région militaire du nord-est a déclaré qu’il avait été attaqué avec ses hommes par une colonne de 12 véhicules de la Minusca ainsi qu’une frappe aérienne de la Sangaris, a indiqué la Bbc.

Du côté de la Minusca, les responsables expliquent que l’opération consiste à reprendre certains édifices publics de la ville de Bria, occupés illégalement par ces éléments armés ex-Séléka.

Elle vise, entre autres, à mettre fin à l’existence d’une administration parallèle et à assurer davantage la protection des civils. La Minusca dit s’être heurtée à l’hostilité immédiate du groupe armé, d’où la riposte déterminée des Forces internationales.

Saluant cette offensive des forces internationales, le Ministère de la sécurité publique a annoncé un chiffre de 20 combattants seleka arrêtés dont un officier issu des mêmes rangs.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Nous africains devions comprendre une et une seule chose
    : la communaut? internationale est le club uni pour defendre ses interets en Afrique par tous les moyens et cela ? travers tous les dispositifs dont elle dispose pour le faire; de ces dispositifs, il y a tenez-vous bien l’onu; elle n’est ps utile ? l’Afrique; reviser toutes les formes de ses interventions et vous verrez que depuis le congo avec l’assassinat de Patrice Lumumba, les forces de l’Onu sont au service des oppresseurs de l’Afrique; les preuves sont donn?es au Mali, en Centrafrique, etc.
    Les conflits et foyers de tensions en Afrique ne sont que l’oeuvre de cette m?me communat? internationale qui les provoquent et viennent jouer aux POMPIERS;
    il ne revient qu’aux dignes africains de dire NON plus jamais cela; ainsi ? titre d’illustration, les conflits n?s et aliment?s dits de BOKO HARAM qu’ils entretiennent, les africains en restant unis vont les bouter hors du continent.
    AUCUNE FIORCE DITE DE L’ONU SUR LES TERRAINS DE COMBAT OU BOKO HARAM SEVIT SINON NOUS AFRICAINS ALLONS RETOURNER COMME IL SE DOIT NOS ARMES CONTRE CES MERCENAIRES PATENTES.
    Les forces dites onusiennes ne sont que DES MERCNAIRES PATENTES. Comme j’invitais ? revisiter leur parcours en Afrique vous comprendrez toute la port?e de cette mascarade de semer les troubles pour venir reconstruire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page