50 ans après, le frère de Bernadette Ouédraogo retournera à Madagascar

Titi Sylvestre Ouédraogo a revu sa sœur Bernadette Ouédraogo après cinquante ans de séparation. Lui aussi aura l’occasion de voir ses autres frères, neveux à Madagascar grâce encore au  Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré qui lui offre ce voyage.  Il n’attend désormais que le visa pour voir à son tour la tombe de sa mère.

La suite après cette publicité

Titi Sylvestre Ouédraogo : « 51 ans que j’attends de revoir ma sœur »

Lorsque à l’âge de 14 ans Titi Sylvestre Ouédraogo débarquait à Ouagadougou avec son père ancien combattant malade, il était loin d’imaginer que ce serait la dernière fois qu’il verrait sa mère. Il ne savait pas non plus qu’il passerait un demi-siècle de sa vie, loin de la terre qui l’a vu naître, loin de ses frères et sœurs et sa terre de naissance. Le lundi 27 février 2017, il revoyait enfin sa sœur Bernadette Ouédraogo qui, elle, découvrait pour la première fois son pays le Burkina Faso.

« J’avais 14 ans. On nous avait appelés à l’hôpital colonial parce que le papa était malade. On nous a demandé qui voulait le suivre au Burkina. Les autres ont refusé. Moi j’ai préféré aller avec lui. On nous a amenés directement à l’hôpital Yalgado», avait déjà expliqué Sylvestre Ouédraogo. Depuis, il ne les a plus revus.

Enfin, le militaire à la retraite reverra à son tour Madagascar et aussi ses frères.  Son passeport en main, il n’attend que le visa pour effectuer à son tour le voyage. « C’est un miracle. Suite à l’intervention de la presse, des internautes et du Président, ce rêve s’est réalisé. (…). C’est vraiment de l’inattendu », se réjouit Sylvestre Ouédraogo. Pour lui, sans la presse, sa famille n’aurait pu être réunie de cette manière. Après Bernadette Ouédraogo qui a réalisé son rêve, ce sera donc au tour de son frère aîné.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

 

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Je me réjouis avec Titi et Bernadette OUEDRAOGO de cette rencontre familiale plaine de chaleur inattendue. Je salue au passage du travail combien gigantesque que la Presse a pu abattre pour que ces retrouvailles aient lieu pour le bonheur de cette famille. Merci à tous ceux qui ont œuvré dans ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page