« Fimba Triomphe », un cadre sain pour fraterniser

417 0

Tout est parti du constat qu’il y a plus de lieux consacrés aux débits de boissons qui accueillent les jeunes pendant les vacances que les bibliothèques. La résultante de ce constat est la décision du président du Mouvement burkinabè pour le développement et le civisme (MBDC) qui a opté pour l’organisation d’un tournoi de football pour occuper sainement les jeunes et les inculquer les valeurs civiques fondamentales. 

« Fimba Triomphe », c’est la « pierre » à apporter à travers un tournoi maracana dans le secteur 39 (Kamboissin) de l’arrondissement 09 de la commune de Ouagadougou pour davantage mettre l’accent sur des valeurs clés comme le civisme. Le promoteur Fousseni Ouédraogo, par ailleurs président du Mouvement burkinabè pour le développement et le civisme (MBDC) dit voir dans le sport, un vecteur pour pouvoir arriver à cet objectif.

Travaillant « surtout avec la jeunesse », et parce que « quand vous regardez un peu partout, c’est des maquis » les organisateurs se sont fixés pour but d’offrir un espace récréatif autres que les débits de boissons à la jeunesse pendant les vacances.

Le tout, c’est d’avoir « un cadre sain pour fraterniser, pour parler aussi du civisme, de la citoyenneté avec la jeunesse à travers le football ».

Avec 18 équipes toutes issues de l’arrondissement, ce sont plus de 200 jeunes de la circonscription qui ont été touchés. La finale a été disputée entre ‘Celesao’ et ‘Fimba triomphe junior’ et remportée par ‘Celesao’ par 2 buts à 1.

« C’est notre contribution pour apporter un espace de loisir, un espace sain pour la jeunesse de l’arrondissement », a indiqué le promoteur.

Manifestations d’incivisme de par le passé à la base ?

« Malheureusement, constate Fousseni Ouédraogo, il n’y a plus de bars, de maquis que les bibliothèques ou des cadres d’émulations sains ». C’est convaincu poursuit-il, que « la jeunesse ne peut pas se construire dans les maquis, dans les bars » que la décision de lui offrir un cadre sain où fraterniser, où se frotter sans pour autant aller à des abus d’alcool a vu le jour.

« On se rend compte que le sport, il est non seulement bénéfique pour l’organisme mais peut contribuer aussi à fraterniser, à renforcer le civisme à travers le fair-play, les relations saines que les jeunes peuvent avoir entre eux », a conclu Fousseni Ouédraogo.

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles du même genre