Championnat minime et cadet de Badminton : La fédération continue la formation à la base

815 0

La Fédération burkinabè de Badminton a organisé pour la deuxième fois, son championnat national cadet et minime le dimanche 17 septembre 2017 au Palais des Sports de Ouagadougou. 

Les joueuses ont montré qu’elles avaient progressé

Petit à petit, le badminton, est en train de prendre son envol au Burkina Faso. Après une première saison réussie l’année dernière, la jeune Fédération burkinabè de badminton a confirmé en organisant son championnat des minimes et cadets cette année encore. Et les résultats sont vraiment satisfaisants puisque le niveau affiché par les badistes ce dimanche 17 septembre a nettement évolué sur le plan technique et tactique.

Pendant deux jours, ces jeunes filles et garçons ont sorti le meilleur d’eux-mêmes pour montrer aux encadreurs  qu’ils n’étaient plus les débutants qui avaient du mal à maîtriser le volant et la raquette. A ce jeu, c’est l’équipe de Dégamson composée de la doublette Abdoul Ouédraogo et Nassirou Sokoto qui s’est imposée face à Malick Zongo et Abdoul Razack Ouédraogo du club Jeunesse. Ils laissent la troisième place à Nash, composée de la doublette Ulrich Zongo et Yannick Ouédraogo.

Nash, Degamson et Jeunesse dominent le championnat

Les filles de Nash avec Solange Compaoré et Rafiatou Guira prennent la revanche des hommes en remportant le trophée devant Degamson de Kadidjatou Diallo et Oriana Kongo. Cette fois, c’est l’équipe de Jeunesse qui prend la troisième place avec Prisca Zongo et Nemata Kaboré.

Si les jeunes continuent sur leur bonne dynamique, le Burkina peut espérer une sélection aux Jeux Olympiques

Finaliste malheureuse en double, Kadidjata Diallo bat en simple Solagne Compaoré  qui avait pris le dessus en double laissant la troisième place à Oriana Kongo. Chez les garçons, en simple toujours, Abdoul Faïsal Kafando est champion devant Ulrich Zongo de Nash et Nassirou Sokoto de Degamson.

« Concernant le niveau, il y a une amélioration par rapport à l’année dernière », a résumé Boukaré Ouédraogo le directeur technique national de la Fédération burkinabè de badminton. Si la fédération a commencé par les championnats des petites catégories, c’est parce qu’elle veut construire cette discipline à la base. « Nous avons essayé de poser des bases solides pour inviter le public à s’intéresser au badminton. C’est pourquoi nous organisons trois championnats à savoir celui des petites catégories, celui des séniors et l’Open Faso », ajoute Boukaré Ouédraogo, qui pense désormais aux compétitions internationales.

Le 1er vice-président de la Fédération burkinabè de badminton Abou Traoré affirme que par manque de moyens, il a fallu d’abord miser sur les enfants âgés de 13 à 17 ans. « Mais un sport qui est nouveau dans le pays est difficile à manager », souligne-t-il avant de se satisfaire de la cinquantaine de participants à ce championnat. C’est la preuve selon lui que la discipline qui a commencé à se pratiquer au Burkina il y a quatre ans est en train de conquérir le cœur des enfants au Burkina Faso.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles du même genre