Angola : Isabel dos Santos soupçonnée de détournements de fonds du pétrole

Isabel dos Santos, la fille de l’ancien président Jose Eduardo dos Santos, anciennement patronne la compagnie pétrolière angolaise Sonangol fait l’objet d’une enquête pour détournements de fonds pendant qu’elle était à la tête de cette société d’Etat.

La suite après cette publicité

Isabel dos Santos aurait détourné plusieurs dizaines de  millions d’euros pendant qu’elle était à la tête de  la compagnie pétrolière angolaise Sonangol. Le mardi 19 décembre 2017, la concernée a tenté de démentir ces accusations de malversation. Toutefois, rien n’y fît, plusieurs médias angolais en font leurs choux gras.

« Nous avons mis en place une commission d’enquête interne pour enquêter sur les informations diffusées. Nous vérifions de possibles détournements, mais je ne confirme rien pour le moment», a déclaré ce mardi 19 décembre 2017, Mateus Benza, porte-parole de la Sonangol.

Plusieurs virements suspects ont été détectés par la nouvelle direction de la Sonagol. Il s’agit notamment d’un transfert « suspect » de 57 millions d’euros vers un compte à Dubaï et un virement mensuel de 10 millions d’euros du compte de la Sonangol vers une entreprise portugaise dont elle est l’actionnaire principale et instaurée dès l’arrivée d’Isabel dos Santos à la tête de cette compagnie.

Selon ces médias, le nouveau patron de Sonangol dans un courrier aurait demandé des explications à Isabel Dos Santos et aurait saisi les autorités judiciaires angolaises.

La justice angolaise a démenti n’avoir reçu aucune plainte visant la fille de l’ex-président angolais.

Isabel Dos Santos dénonce quant à elle une « campagne de diffamation ». Dans un message sur les réseaux sociaux, elle a indiqué que « ces fausses nouvelles (…) ne méritent aucun crédit puisqu’elles ont comme seule et unique motivation de remettre en cause l’intégrité de l’ingénieure Isabel dos Santos », a-t-elle écrit.

Le nouveau président angolais, Joao Lourenço, a promis lutter contre la corruption et a opéré un nettoyage en limogeant plusieurs dirigeants d’institutions et d’entreprises publiques proches de l’ex-chef de l’Etat Jose Eduardo Dos Santos.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                      Burkina24

Source: Jeune Afrique

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page