Débat sur le code électoral : Le TOCSIN sonne

748 0

Ceci est un appel de l’association Le TOCSIN sur le débat portant sur le code électoral.

Le TOCSIN se réjouit du vote du nouveau code électoral, ne serait-ce que parce que le vote des Burkinabè de l’extérieur a été une des revendications citoyennes dont il a été le pionner, mais surtout, du fait qu’après les tergiversations et la non effectivité de la loi votée depuis 2009. La concrétisation, pour la première fois, de ce droit de nos compatriotes de l’extérieur se fera en 2020. Une nouvelle victoire d’étape a été obtenue.

Le Président du Faso en a pris l’engagement public, l’a répété et soutenu à plusieurs reprises, son gouvernement et les institutions concernés ont également promis de prendre les mesures utiles pour que tous les citoyens burkinabè, de l’intérieur et de l’extérieur, accèdent à la possession effective des documents requis : la CNIB ou le passeport burkinabè.

Le TOCSIN félicite toute la classe politique et l’ensemble des citoyens pour le grand intérêt porté à l’effectivité du vote des Burkinabè de l’extérieur.

Néanmoins, devant certains positionnements et contenus de déclarations, dans le souci que les concertations et les consultations s’opèrent dans un langage de respect mutuel, de respectabilité de nos institutions, de notre pays et de nous tous, le TOCSIN énonce le suivant appel à « savoir raison garder » et à partager les préoccupations suivantes :

-savoir garder un langage de respect mutuel à l’endroit de tous les acteurs et partenaires de ce grand dialogue national, aussi bien au niveau individuel qu’à celui institutionnel ;

– d’avoir une haute idée de la portée de nos attitudes dans ce débat à propos du code électoral voté. Les lois d’un pays sont une image de lui, un code de conduite collective qu’il donne à ses citoyens et à ses institutions ;

– de savoir, précisément pour le cas ivoirien exhibé par certains acteurs, que personne ne peut imaginer tout le mal, voire le tombeau, qu’auront creusé certains propos à l’encontre de nos compatriotes vivant dans ce pays, avant, pendant et après la campagne « électorale » : qui viendra se plaindre de notre sort, nous-même qui aurons donné tout à nos ennemis cachés pour mieux nous assommer, nous et tous les nôtres?

– ce n’est pas tout. Ne serait-ce que penser à de telles conséquences possibles et imprévisibles, devrait nous inviter tous à savoir raison garder. Le vote est une chose importante, un acte citoyen important, l’expression d’un droit citoyen indiscutable, mais posons-nous néanmoins la question banale suivante : pourquoi votons nous ? Pour en faire quoi?

N’est-ce pas pour un meilleur devenir individuel et collectif des citoyens de notre pays, en vue d’une gouvernance plus vertueuse et plus efficiente ?

Et si, par les actes que nous aurons posés durant la campagne, nous aidons à détruire ce même pays et ses ressortissants, à quoi aura servi ce vote?
Pensons-y tous, ressaisissons-nous, pendant qu’il est encore temps, avant de verser tous les propos malheureux et dangereux, car, comme le dit aussi l’adage populaire, la parole dite est de l’eau versée à terre, qui ne peut plus être ramassée.

Le TOCSIN, dans son credo de défense des droits humains et de promotion de la paix :

– se démarque de toutes attitudes et actions de manipulation, de violence et d’extrémisme ;
– lance un vibrant appel pour des débats sains et constructifs.

TOCSIN : Tous pour le Combat de la Solidarité et de l’Intégration !

Ouagadougou le 14 août 2018
Pour le Bureau Exécutif, le Président

Arouna SAVADOGO
Commandeur de l’Ordre du Mérite

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Article du même genre