Financement des PME/PMI : Un dispositif de soutien est né

912 0

Le ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré a procédé le lundi 10 septembre 2018 à Ouagadougou, au lancement du dispositif de soutien au financement des petites et moyennes entreprises et industries (PME/PMI) au Burkina Faso. Ce dispositif de soutien devient impératif dans l’espace UEMOA puisque les PME/PMI représentent, selon les Etats dont le Burkina Faso, entre 80% et 95% des entreprises recensées.

Le dispositif de soutien au financement des petites et moyennes entreprises et industries (PME/PMI) apporte une réponse appropriée à la problématique de l’accès des PME au financement bancaire, à travers les incitations offertes par la Banque centrale aux établissements de crédit et une meilleure organisation de l’accompagnement de ces entreprises.

Dans cette veine, le gouvernement burkinabè a déjà pris un certain nombre de reformes notamment la loi d’orientation des PME et l’opérationnalisation de la charte des PME et ce dispositif de soutien vient encore renforcer les conditions d’accès des PME aux crédits, a indiqué le ministre du Commerce Harouna Kaboré qui précise que « ce dispositif facilite l’accès aux crédits aux PME/PMI qui représentent 80% du tissu économique de notre pays ».

L’objectif est de créer un écosystème favorable à la PME, notamment à son financement, afin de permettre la création d’une masse critique de petites et moyennes entreprises performantes susceptibles d’augmenter la contribution de cette catégorie d’entreprises à la création de richesse et à la lutte contre le chômage.

Le dispositif s’adresse aux entreprises non financières qui obéissent aux caractéristiques suivantes : être une entreprise autonome, productrice de biens et/ou de services marchands, immatriculée au Registre du commerce et du crédit mobilier ou à tout autre équivalent en tenant lieu, avoir un chiffre d’affaires hors taxes annuel n’excédant pas 1 milliard de F CFA, se conformer à l’obligation de produire des états financiers selon les dispositions en vigueur, et être suivi par une structure d’appui et d’encadrement.

Pour Thomas Baguemzanré, représentant des PME, « c’est un grand jour » pour les PME/PMI, « parce que, dit-il, depuis très longtemps, nous avons beaucoup sollicité ces appuis. Un peu partout, ce sont les PME/PMI qui apportent en termes d’emplois et de valeur ajoutée ».

A noter que les crédits mis en place dans ce cadre bénéficient du refinancement de la BCEAO tant qu’ils demeurent des créances saines, conformément aux dispositions du Plan comptable bancaire révisé de l’UEMOA.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article du même genre