Général Diendéré : « Je demande pardon à toutes les victimes »

1000 3

L’audience a repris ce mardi 4 décembre 2018 avec la parole aux avocats du Général Gilbert Diendéré. Ceux-ci ont brandi une pièce à décharge annexée au dossier putsch qui a tendance plutôt à charger la hiérarchie militaire. À la fin des observations de ses Conseils, le mis en cause a fait une « déclaration de pardon » adressée particulièrement aux familles des victimes.

« Veuillez vous rassoir. L’audience est reprise ». Après ces mots prononcés par le Président du Tribunal, l’audition du Général Diendéré a effectivement repris. L’un des avocats de l’accusé, Maître Jean Yaovi Dégli du Barreau togolais a révélé un message daté du 21 septembre 2015 que le Chef d’Etat-Major général des armées (CEMGA) aurait envoyé à « tous les Chefs militaires les informant qu’il y a un coup d’Etat et de tout faire pour éviter des affrontements entre militaires ».

Cela dans le but de démontrer que « la hiérarchie militaire n’est pas blanche comme neige dans cette affaire » et « qu’elle a bel et bien soutenu » le putsch. Le Parquet militaire demande le numéro de la pièce afin de pouvoir suivre les évolutions du débat. S’en est suivie une série d’échanges entre les différentes parties.

i432 : La pièce brandie par la Défense

« Si cette pièce n’est pas dans le dossier, alors, moi je tomberai à la renverse. Et Monsieur le Président, vous comprendrez que le Parquet s’érige en défenseur de la hiérarchie militaire. J’ai versé cette pièce dans le dossier de mes propres mains », foi du Général Diendéré. Et pour l’une des rares fois depuis la comparution du présumé cerveau du putsch, les avocats des parties civiles ont eu droit à la parole pour se prononcer, mais seulement sur cet « incident ».

« Si la pièce n’a pas été communiquée préalablement à toutes les parties, que cela soit fait », a suggéré Maître Prosper Farama. « Non, mon Général, ne tombez pas à la renverse », a complété son confrère Maître Guy Hervé Kam. Maître Olivier Yelkouni, Conseil de Diendéré, viendra mettre fin au débat à ce niveau : « Il s’agit d’une partie annexée à la pièce i432 ». Les avocats du militaire considéré comme la boîte noire de plusieurs autres dossiers poursuivent donc avec leurs observations.

À les écouter, le CEMGA devrait dire ouvertement qu’il n’était pas d’accord avec le coup d’Etat dès le départ. « Ce SMS montre clairement que la hiérarchie militaire a soutenu le putsch », a conclu Maître Dégli. « C’est à partir de l’acceptation et du soutien de la hiérarchie militaire que tous les actes posés pendant le putsch l’ont été. Je ne leur en veux pas quelque chose, nous sommes de la même promotion. Mais, j’estime que leur attitude a été beaucoup plus déterminante que ce qui est reproché à plusieurs de mes coaccusés ici présents », a déclaré le Général Diendéré.

L’Officier supérieur accusé dans cette affaire a par ailleurs fait comprendre que le RSP n’était pas la seule unité qui assurait la sécurité du Chef de l’Etat. Il a révélé qu’il y avait aussi des unités de la Gendarmerie et la Police nationales. L’ancienne principale personne ressource des renseignements burkinabè a également fait des révélations : « Le Président Michel Kafando avait promis aux hommes que le RSP n’allait pas être dissout sous son autorité. C’était en présence notamment de Monseigneur Paul Ouédraogo et du CEMGA ».

« Ce que j’ai assumé, c’est seulement la prise du pouvoir le 17 septembre 2015 »

A l’en croire, pendant les événements de septembre 2015, il ne pouvait pas s’opposer à la volonté des éléments du RSP, sinon il aurait « rejoint Zida et Kafando qui avaient été arrêtés ». « Il n’y a jamais eu de préméditation liée à l’arrestation des autorités de la Transition. Ce que j’ai assumé, c’est seulement la prise du pouvoir le 17 septembre 2015. Et non ce qui a suivi cette date et qui a causé des morts et des blessés. Je n’ai jamais donné des ordres d’aller tirer sur quelqu’un », s’est exprimé celui qui a passé 21 ans à la tête de l’Etat-Major particulier à Kossyam.

A l’issue de l’intervention de ses Conseils, Diendéré a tenu à lire une déclaration empreinte d’acte de contrition. « J’étais conscient que je risquais la peine capitale. Mais, j’ai bien voulu assumer mes responsabilités. Je demande pardon à toutes les victimes », a déclaré le « Général deux étoiles ». Cette déclaration introduit les avocats des Parties civiles. « C’est aux familles des victimes de décider de vous pardonner », a réagi Maître Farama.

Son collègue, Maître Séraphin Somé, estime que le « Merci Papa » longuement évoqué pendant ce procès était un acte « discriminatoire ». Selon lui, des « crimes économiques et politiques, des crimes de sang, la vie chère, la démocratie verrouillée, la monarchie en passe d’être instaurée au Burkina », avaient été dénoncés sous le régime Compaoré.

« Mais, où était notre sauveur, notre Chérif, le RSP pour dire non on ne peut pas continuer comme cela ? C’est parce que la chose leur profitait. C’est regrettable de présenter aujourd’hui  le RSP comme le justicier », a-t-il déploré. Les avocats des Parties civiles poursuivent avec leurs questions et observations demain 5 décembre 2018. Maître Prosper Farama tenait le micro.

Noufou KINDO
Burkina 24

Il y a 3 commentaires

  1. VOILÀ QUE POUR UNE FOIS NOTRE CHER GÉNÉRAL A FAIT CE QU’IL FALLAIT FAIRE POUR ÉCOUTER LES CRITIQUES DES UNS ET DES AUTRES, SE SERAIT FAIT UNE IDÉE DE SA CULPABILITÉ INDÉNIABLE , DE SA RESPONSABILITÉ ON PEUT PLUS ABSOLUE DANS CETTE AFFAIRE DE COUP D’ÉTAT . ÉTANT DONNÉ QUE LE VERBE N’EST PAS SON FORT , LE PARDON DEMANDÉ À TOUTES LES VICTIMES SERA L’UNE DES CLÉS DE VOÛTE DE L’ISSUE DE CE PROCÈS.
    POUR UNE FOIS L’AIGLE BAISSA LA TÊTE !
    DU RESTE CES CONSEILS DEVRAIENT ÊTRE AUSSI FLEXIBLES QUE LUI QUI A COMMENCÉ À LE CONNAÎTRE SOUS CAPE SON TORT, DEVANT LE TRIBUNAL DU PEUPLE POUR FACILITER LES DÉBATS , ÉCOURTER LES DÉLAIS , ET ÉCONOMISER LE PEU QUE NOUS AVONS.
    AUTRE CHOSE ET QUE 6 J’ÉTAIS À LA PLACE DE NOTRE CHER GÉNÉRALE J’ADMETS TRÈS VOLONTIERS QUE LORSQU’ON PASSE TOUT LE TEMPS À DONNER DES COUPS SANS EN RECEVOIR, LE JOUR QU’ON EN REÇOIT  » UN  » L’ON DOIT SAVOIR <> AVEC HUMILITÉ , CONSCIENCE CITOYENNE ET DIGNITÉ , SI L’ON SE DIT BURKINABÈ DE LA PREMIÈRE HEURE!!!

  2. C’est un double procès qui est en cours: celui des putschistes qui ont arrêté les membres d’un gouvernement légitime sans en référer à leur hiérarchie et celui du général qui a assumé l’acte posé et s’est installé illégitimement au pouvoir. Pour les putschistes indisciplinés la sanction doit être prononcée par la justice militaire et leurs chefs doivent assumer leurs responsabilités et donc subir les rigueur de la justice militaire. Le deuxième procès concerne l’installation du général au pouvoir avec la complicité ou le consentement coupable de la hiérarchie militaire.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article du même genre