Djibrill Bassolé : « Je plaide non coupable »

961 0

Le général Djibrill Bassolé a été appelé à la barre le mercredi 19 décembre 2018 pour répondre des faits qui pèsent sur lui dans le procès du coup d’Etat de septembre 2015.

L’inculpé est poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, trahison, meurtre et coups et blessures volontaires.

A la lecture des chefs d’accusation, le général Djibrill Bassolé a nié les faits. « Je plaide non coupable. Je ne reconnais pas les faits », a-t-il déclaré le mercredi 19 décembre 2018. L’accusé n’a pas eu le temps de décliner son calendrier qu’un de ses avocats prend la parole pour rappeler au tribunal, l’existence d’une plainte concernant certaines pièces du dossier.

Me Dieudonné Bonkoungou a rappelé que la plainte concerne deux rapports d’expertise et une prestation de serment. A cet effet, poursuit l’avocat de Djibril Bassolé, une plainte a été déposée au Parquet pour faux.

Toute la soirée, les débats ont tourné autour de la plainte déposée au Tribunal de grande instance de Ouagadougou par les conseils de l’inculpé. Partant, Me Bonkoungou a sollicité un sursis à statuer, autrement dit, une suspension pour attendre le verdict concernant la plainte.

Mais pour le parquet, cette requête ne peut prospérer. « Vous n’êtes pas obligé de surseoir à statuer. Nous sommes dans le fond (du dossier), ne revenons pas dans la forme », a déclaré le Procureur militaire en s’adressant au président du Tribunal.

Avec l’évolution des débats, la requête des avocats de Djibrill Bassolé a également suivi le pas. « A défaut de surseoir à statuer, il faut écarter les pièces arguées de faux », a déclaré Me Bonkoungou, induisant un refus du Parquet et des avocats des parties civiles.

Après d’âpres échanges, le président du Tribunal a renvoyé son délibéré pour le vendredi 21 décembre 2018. Séance tenante, une autre décision a été prise.

Le procès du coup d’Etat de septembre 2015 connaîtra une pause à la fin de la journée du vendredi 21 décembre 2018 et reprendra le lundi 7 janvier 2019.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre