Prévention de l’extrémisme violent : 6 productions médiatiques récompensées

Le comité de pilotage du Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ) a organisé ce jeudi 28 novembre 2019, une cérémonie de remise de prix aux meilleures productions journalistiques. En effet, le comité a organisé il y a 6 mois de cela un concours de productions journalistiques, dans le cadre du projet de l’action pilote médias sur la prévention de l’extrémisme violent et la radicalisation

La suite après cette publicité

Cinq pays ont pris part au concours de productions journalistiques organisé par le comité de pilotage du Centre de presse Norbert Zongo. Ce sont le Burkina Faso, le Bénin, le Cameroun, le Mali et le Niger. Le projet s’est déroulé sur 6 mois et a réuni 30 journalistes dont 15 journalistes des médias mainstream et 15 journalistes des radios communautaires.

« On a essayé de voir dans les cinq pays, qu’est-ce qui se faisait en termes  d’implication des médias par rapport à la lutte contre l’extrémisme violent. C’est sur cette base qu’on s’est dit qu’il fallait initier une action pilote média, pour améliorer la qualité du traitement de l’extrémisme violent et de la radicalisation dans les cinq pays », a expliqué Libasse Hane, expert du projet de prévention de l’extrémisme violent et la radicalisation.

Trois œuvres ont reçu des prix d’encouragements

La région de Kayes au Mali est aujourd’hui confrontée à une situation sécuritaire difficile, explique Maliki Diallo, journaliste malien. Ce qui a justifié son intérêt pour mettre à nu le vécu des populations. C’est ce qui lui a d’ailleurs valu la première place dans la catégorie média mainstream.

 « Le Mali depuis 2011 fait face à une crise sécuritaire et les terroristes sont là depuis 2012. La région de Kayes où se trouvent ces communautés, était épargnée jusqu’à présent de ces attaques terroristes mais en mai 2019, récemment, il y a eu une attaque terroriste dans cette région, ça fait peur. C’est pourquoi à travers ce reportage, j’attire l’attention des plus hautes autorités, de voir ce côté, pour que le Mali ne soit pas entièrement occupé par les terroristes », explique-t-il.

Trois œuvres ont été choisies par le jury, pour recevoir des prix d’encouragements, selon le comité de pilotage. Il s’agit, entre autres, de Mariam Ouédraogo des éditions Sidwaya, qui a travaillé sur « les larmes des veuves des forces de défenses et de sécurité » et Isabelle Otchnoumaré du Bénin qui s’est penchée sur « la congestion du parc w, source de frustration ». Elles reçoivent chacune une attestation et la somme de 200.000 FCFA.

Dans la catégorie meilleure co-production, Younoussa Ben Moussa et Florence Manedong du Cameroun sont arrivés premiers avec leur œuvre « La guerre contre Boko Haram et la stigmatisation des Kanuris ».

Maliki Diallo du Mali a remporté le premier prix dans la catégorie meilleur média mainstream, avec son œuvre « L’esclavage dans la région de Kayes-Mali, une bombe à retardement ».

Cheick Yannick Somé de la radio municipale de Dori, est arrivé premier dans la catégorie radio communautaire avec son œuvre « Collaboration population et forces de défense et de sécurité à Dori ». Ils reçoivent chacun une attestation et la somme de 500.000 FCFA.

Eliette ZOUNGRANA (Stagiaire)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page