Impact du Covid-19 sur la cohésion sociale au Burkina : Le GRAAD lance une étude

Dans l’optique de déterminer l’effet du Covid-19 sur la cohésion sociale, le Groupe de Recherche et d’Analyse Appliquées pour le Développement (GRAAD Burkina) a lancé une étude ce vendredi 6 août 2021 à Ouagadougou. Cette étude s’inscrit dans le cadre d’un projet qui  vise à étudier l’impact socio-économique du Covid-19 au Burkina Faso, au Bénin et en Afrique du Sud.

La suite après cette publicité

Le Burkina Faso a enregistré officiellement son premier cas de Covid-19 le 9 mars 2020. Pour faire face à la pandémie, les autorités burkinabè ont pris, à l’instar des autres pays du monde, un certain nombre de mesures dites barrières pour contenir la propagation de ce qui est devenue désormais une pandémie.

En plus des gestes barrières, des mesures ont été instaurées. Il s’agissait essentiellement du couvre-feu, de la fermeture des frontières terrestres et aériennes, du confinement des grandes villes affectées, de l’interdiction de transport en commun entre les villes, la fermeture des établissements scolaires et de restauration. Si ces mesures ont  permis de freiner la propagation du virus, cependant elles ont des effets sur l’activité socio-économique en général.

Analyse de l’impact socio-économique du COVID 19 : Bénin, Burkina Faso et de l'Afrique du Sud
Lancement de l’atelier d’analyse de l’impact socio-économique du Covid-19 au Burkina Faso 

Pour mieux comprendre les problématiques et les enjeux en termes d’impact socio-économique du Covid-19, une étude a été lancée. Cette étude s’inscrit dans le cadre d’un projet qui vise à analyser l’impact socio-économique du Covid-19 au Burkina Faso, au Bénin et en Afrique du Sud. D’une durée de 30 mois dans tous les pays considérés le projet dispose d’un budget d’un million de dollars.

Au Burkina Faso, cette étude sera conduite par le Groupe de Recherche et d’Analyse Appliquées pour le Développement (GRAAD Burkina). A cet effet, un atelier a été organisé ce vendredi 6 août 2021 à Ouagadougou pour présenter le projet et  recueillir des suggestions.

Lire également 👉Extrémisme violent au Burkina Faso : Le GRAAD fait le bilan à mi-parcours du projet « Hope to Resilience »

Le secrétaire exécutif du GRAAD-Burkina, Dr Gountiéni Damien Lankoandé, a expliqué qu’il s’agissait de recueillir les avis et les suggestions des praticiens qui travaillent en lien avec la question de cohésion sociale et de gouvernance sur le terrain. Il a précisé que des études se sont intéressées sur les questions socio-économiques mais un peu moins sur les questions de gouvernance et de cohésion sociale.  

« En lien avec notre projet sur la résilience à l’extrémisme violent des jeunes, nous avons voulu regarder comment la Covid-19 est venu mettre en difficulté les efforts qui étaient déjà entrepris dans ce sens. De proposer des mesures et des suggestions pour des politiques futures de riposte à la Covid-19 avec beaucoup plus d’efficacité », a souligné Dr Gountiéni Damien Lankoandé. 

le Groupe de Recherche et d’Analyse Appliquées pour le Développement (GRAAD Burkina) a lancé une étude
Le GRAAD-Burkina a lancé une étude

En plus, il a indiqué que la collecte de données sera menée dans cinq villes à savoir Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Dori, Fada N’Gourma et Gaoua. 

Egalement, le secrétaire exécutif du GRAAD-Burkina a relevé que l’étude va couvrir 1000 ménages qui vont répondre aux questions de recherche à savoir l’impact du Covid-19 sur la vie au niveau de la cellule familiale et des communautés. 

En rappel, au Bénin, cette recherche sera conduite par African School of Economics (ASE) et en Afrique du Sud par le Centre for the Study of Violence and Reconciliation (CSVR).

Jules César KABORE

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page