Procès Sankara : « S’il faut aller au front, je suis prêt » (Gilbert Diendéré)

Le Général Gilbert Diendéré est toujours à la barre, ce 11 novembre 2021, pour répondre aux questions sur son implication ou non dans l’assassinat de Thomas Sankara et ses 12 compagnons. 

La suite après cette publicité

A la question de Maître Abdoul Latif Dabo qui demandait pourquoi le Général n’avait pas fui après les événements du 15 octobre 1987, « Golf » a répondu : « Le Conseil de l’Entente abrite des hommes qui sont sous ma responsabilité. Pourquoi je vais fuir alors que je suis à côté sans chercher à savoir ce qui se passe ?

Prenons l’exemple que ce soit des mercenaires et admettons que je fonce dans mon village à Yako et qu’ils arrivent à exterminer mes hommes. Ils vont dire que je suis au courant de quelque chose. Admettons aussi que mes hommes arrivent à résister, à les exterminer. Moi je suis à Yako. Est-ce que je peux revenir dans ma caserne dire à mes hommes que je suis leur chef ? Ils vont m’abattre ».  

Maître Olivier Yelkouni, l’un des avocats du général Gilbert Diendéré, a déclaré que son client porte la tenue militaire parce qu’il n’est pas radié de l’armée.

« Il n’est pas en train de purger une peine. Il n’est qu’en détention provisoire », a-t-il indiqué avant de demander au général Diendéré de revenir sur l’historique de la tenue Treillis Léopard. 

« La tenue Léopard n’est pas une tenue uniquement du RSP mais de l’armée burkinabè. Elle a été introduite en 1974 au niveau de Pô par Thomas Sankara et ça été amélioré par Blaise Compaoré. En portant cette tenue, je me fais le descendant de ses deux responsables dont je respecte. Je ne la porte pas parce ce que je suis en guerre mais s’il faut aller au front, je suis prêt », a lancé le général Gilbert Diendéré. 

Le parquet a posé la question au général s’il n’avait pas conscience d’avoir failli à sa mission de sécurisation. La réponse du général est nuancée. « Il y a eu quand même un problème qu’on n’a pas pu inviter. Avec ce qui s’est passé comme drame, nous étions tous choqués. Mais je ne peux pas dire que j’ai totalement failli. 

Mais j’ai un pincement au cœur du fait qu’un endroit dont j’avais la responsabilité ait connu un tel drame. Je n’ai pas rempli toute ma mission car je n’ai pas pu donner toutes les consignes que je devrais donner au sein du conseil. Donc je reconnais qu’il y a eu un manque mais dire que c’est de ma faute, je ne peux pas le dire », a-t-il dit.

L’interrogatoire du Général Diendéré a pris fin aux environs de 13h 30. L’audience a été suspendue. Elle reprend le lundi 15 novembre 2021 avec l’interrogatoire de Belemlilga Pascal, suivi de Deme Diakalia.

Les témoins sont également convoqués à témoigner. Kaboré Salam, Traoré Daouda, Boukary Kaboré dit le lion, Guissou Basile, sont entre autres les témoins qui passeront à la barre.

Akim KY 

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page