Burkina Faso : Des jeunes appellent à soutenir les FDS et VDP

Le Réseau d’association et mouvement de jeunes pour un développement durable (RAMJDD), a peint la situation nationale ce jeudi 25 novembre 2021 à Ouagadougou, a appelé à l’union des filles et fils de la nation, au soutien des FDS et VDP, puis a formulé des propositions au gouvernement dans la lutte contre le terrorisme.

La suite après cette publicité

Le Réseau d’association et mouvement de jeunes pour un développement durable (RAMJDD) « appelle à une solidarité agissante sans faille autour de nos Forces de défense et de sécurité (FDS) et Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) » car dit-il, « c’est dans l’unité que nous existerons ».

Le RAMJDD, qui se dit républicain, ne souhaite pas se lancer dans cette dynamique de démission du président du Faso, Roch Kaboré, même s’il reconnait cette recrudescence des attaques terroristes depuis maintenant six ans.

« Nous pensons qu’il est plus que temps que les filles et fils d’une même nation se donne la main afin de combattre l’ennemi commun », a estimé Ibrahim Ouédraogo, chargé à la communication du réseau.

Pour le réseau, « la complexité et la transversalité du terrorisme » ne peut avoir pour seule solution l’engagement militaire.

« Il faut une réponse politique et socio-économique afin de réamorcer réellement le processus de développement », selon Ibrahim Ouédraogo, qui s’est même permis de faire des propositions au gouvernement : « reformer l’armée pour la rendre plus réactive ; diversifier notre coopération militaire ; mutualisation des forces dans la zone des trois frontières (Mali-Burkina-Niger) ; accélérer le développement des infrastructures sociales dans les régions, provinces et communes ; lutter contre le chômage endémique et le sous-emploi des jeunes ; durcir la lutte contre la corruption… », a-t-il énuméré.

Le réseau demande par ailleurs aux autorités plus de transparence et de véracité dans la communication des informations. « Nous demandons aux autorités burkinabè plus de transparence et de véracité dans les informations émises, surtout sur le nombre de nos illustres disparus afin de restaurer un tant soit peu la crédibilité de l’État vis-à-vis du peuple », a soutenu le chargé à la communication.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page