Procès Sankara : Audience suspendue, Somda K Eugène revient à la barre le 15 décembre

Le procès sur l’assassinat du capitaine Thomas Sankara et 12 autres personnes s’est poursuivi ce lundi 13 décembre 2021, avec à la barre le témoin Somda K Eugène.

La suite après cette publicité

37e témoin à la barre, Somda K Eugène était sergent, infirmier détaché à la présidence au moment des faits. Appelé à la barre en ce lundi 13 décembre 2021, il lui a été demandé de se prononcer sur la date du 15 octobre 1987, date marquant l’assassinat du capitaine Thomas Sankara et 12 autres personnes.

« Le 15 octobre 1987, j’étais à l’infirmerie et j’ai entendu un coup de feu. Je me suis rendu au conseil pour voir ce qui se passait, j’ai croisé Zétiyenga qui m’a bloqué l’accès et a dit que le lieutenant Diendéré lui a dit, que personne ne rentre. 

Je suis reparti à l’infirmerie. Peu après, j’ai entendu d’autres coups de feu, comme ça persistait je suis reparti au conseil une deuxième fois et là j’ai croisé Nabonswendé qui m’a bloqué l’accès encore. Je lui ai dit que c’est Diendéré qui veut me voir. Après insistance, il m’a désarmé et m’a fait rentrer sous escorte d’un soldat. Entre temps, le soldat a disparu, je ne savais pas où il est rentré. 

J’ai vu le chauffeur de Blaise (Maïga) qui était à côté. Je lui ai dit que je venais voir Diendéré, il est rentré et a transmis l’information. Diendéré est sorti et on s’est assis sur un banc à côté. J’ai demandé à Diendéré ce qui se passait, il m’a dit que la réunion a dégénéré et que le président est mort, il m’a même montré les corps. Tellement que j’étais dépassé, j’ai pris appui sur le banc. Il m’a dit de rentrer et que les instructions vont suivre. Je suis reparti à l’infirmerie » a-t-il expliqué.

Il poursuit qu’il a passé deux jours à l’infirmerie pour attendre les instructions comme l’a recommandé le lieutenant Diendéré.

Après ces deux jours d’attente, le témoin dit ne pas avoir reçu d’instruction de qui que ce soit. Il a donc appelé pour demander à regagner son domicile pour voir ses enfants puisque leur maman était absente. 

Il ajoute que : «  quelques temps après, mon chauffeur de l’ambulance est venu me dire que Diendéré lui a dit de venir me chercher pour envoyer à la maison voir mes enfants. A peine arrivé au quartier, j’ai constaté que tout le quartier est sorti et ca me regardait partout. Mon voisin s’est approché et m’a dit qu’ils ont appris la mort d’un certain Somda et que tout le monde pensait que c’était lui, c’est pour cela que les gens sont sortis pour le voir.

Certains étaient déjà en pleurs et d’autres mêmes avaient cotisé pour faire mes funérailles. Je suis rentré à la maison voir mes enfants et 5 minutes à peine , le chauffeur me dit qu’on doit repartir, j’ai demandé pourquoi sitôt et il a répondu que c’est le Diendéré qui lui a dit de ne pas durer. On est donc reparti à l’infirmerie. Là j’ai attendu un temps sans avoir d’instructions, je suis donc rentré chez moi. J’ai passé 2 semaines avec mes enfants et on m’a rappelé pour reprendre service ».

Après avoir écouté sa déposition avec intérêt, le président du tribunal comme à l’accoutumée a demandé aux différentes parties s’il y a des questions à l’endroit du témoin. Un avocat de la partie civile a pris la parole et a soumis sa doléance de suspendre le procès pour leur permettre d’assister aux funérailles d’un de leur qui a perdu son géniteur.

Le président du tribunal a ainsi ordonné de suspendre le procès pendant 5 minutes question de leur permettre de se concentrer sur la décision à prendre. Chose faite, le tribunal a, après les 5 minutes annoncé la suspension du procès pour 48 heures. L’audience reprendra le mercredi 15 décembre 2021 avec toujours le témoin Somda K Eugène à la barre.

Sié Frédéric KAMBOU 

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page