Cameroun : 54 partisans de l’opposant Maurice Kamto condamnés à 7 ans de prison

Cameroun – 54 partisans du principal opposant Maurice Kamto, président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), ont été condamnés à sept ans de prison ferme, notamment pour « rébellion » et « tentative d’insurrection ». Au nombre des personnes arrêtées, figurent son porte-parole, son trésorier, son coordinateur national et la présidente nationale des femmes du MRC.

La suite après cette publicité

Le 22 septembre 2020, plusieurs militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) avaient été arrêtés alors qu’ils projetaient des « marches pacifiques » contre le régime du président Paul Biya âgé de 88 ans et au pouvoir depuis 39 ans. La répression policière d’une rare violence a réussi à disperser les milliers de manifestants rassemblés à Douala, la capitale économique, dans le sud du pays.

Pour Ilaria Allegrozzi, chercheuse au sein de Human Right Watch (HRW) pour le Cameroun, à propos des 500 manifestants arrêtés dans plusieurs villes du pays et des 124 toujours en détention, « ils n’auraient jamais dû être arrêtés en premier lieu… Nous continuons à demander leur libération immédiate et l’abandon de toutes les charges ».

Par ailleurs, Amnesty International avait accusé le régime de Paul Biya de poursuivre une « implacable répression des opposants » caractérisée par des « arrestations et détentions arbitraires ».

En 2018, Maurice Kamto avait contesté la victoire du Président Paul Biya. Il s’était présenté comme « le président élu » et a été emprisonné sans procès neuf mois durant en 2019 avant d’être relâché après de fortes pressions internationales. 

Les autorités ont assuré à plusieurs reprises que les personnes arrêtées le 22 septembre sont poursuivies notamment pour « tentative d’insurrection » ou de « révolution ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU 

Burkina24

Source : Africanews

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page